Khalid Boutaib ou la théorie de l'ascenseur émotionnel

le
0
Khalid Boutaib ou la théorie de l'ascenseur émotionnel
Khalid Boutaib ou la théorie de l'ascenseur émotionnel

Le chemin qui mène au monde du foot professionnel n'est pas toujours une promenade de santé. Khalid Boutaib, tout récent promu en L1 avec le Gazélec d'Ajaccio, le sait mieux que quiconque. De son premier faux départ avec Istres en 2012 en passant par le mélodrame de l'été 2014 vécu avec Luzenac, le joueur a finalement su rebondir en Corse et va connaître pour la première fois de sa vie les joies de l'élite. Portrait d'un galérien pour qui tout finit bien.

Entre Khalid Boutaib et le football professionnel, c'est une histoire de rendez-vous manqués. Longtemps, celui-ci aura roulé sa bosse au niveau amateur, de la CFA 2 au championnat National, principalement avec le club d'Uzès-Pont-du-Gard. Mais cet attaquant longiligne n'a jamais caché son envie d'aller voir plus haut, en Ligue 2 notamment, où il a bien failli évoluer une première fois avec Istres à l'été 2012. Manque de pot, en arrivant là-bas, l'ami Boutaib a vite compris qu'il n'entrait pas dans les plans du coach. Une première claque qu'il tente de vite oublier en revenant aux sources, à Uzès, en National. Après une saison de bonne facture, le voilà qui plie bagage direction Luzenac. Là-bas, au terme d'une incroyable épopée en National, la bande de potes gagne le droit d'accéder en Ligue 2 pour la toute première fois de l'histoire du club. Ça y est, cette fois, c'est la bonne pour Khalid ! La deuxième division et son statut pro' lui tendent une seconde fois les bras. Mais il faut croire que les astres aiment se jouer de lui, car la belle histoire du petit poucet promu chez les grands va vite tourner au mélodrame à l'été 2014. Malgré une saison extraordinaire, le club ariégeois perd sa bataille juridique contre les instances du foot et se voit interdit de monter en Ligue 2. Après autant d'efforts et de sacrifices, voilà que son rêve de jouer chez les pros lui file de nouveau sous le nez. De quoi agacer. Au bas mot. " À un moment, j'ai peut-être douté du fait que je puisse un jour y arriver, souffle-t-il en se remémorant les galères passées. On en arrive presque à se demander parfois si le sort ne s'acharne pas parce que t'arrives à Istres, tu signes pro, mais au final tu ne joues pas... Après, il y a Luzenac. Tu fais une saison incroyable, tu montes et finalement, on te refuse l'accès en L2... C'est dur. "

Le bout du tunnel, enfin


Mais son talent et sa persévérance auront finalement raison de ce foutu destin. Alors que l'avenir de Luzenac se joue dans l'ambiance feutrée et pesante des salles de tribunal, le Gazélec d'Ajaccio, tout récent promu en L2, offre une porte de sortie à notre malchanceux. Le club cherche un attaquant de son profil, et les contacts sont vite avancés avec l'agent du joueur. Au final, c'est sur les bases d'un contrat moral que les deux clubs et le joueur s'entendent : si Luzenac ne monte pas, ça sera direction la Corse pour Khalid. " C'est quelqu'un qu'on avait…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant