«Kerviel est innocent» : Mélenchon prend la défense de l'ex trader

le
0
«Kerviel est innocent» : Mélenchon prend la défense de l'ex trader
«Kerviel est innocent» : Mélenchon prend la défense de l'ex trader

«Kerviel est innocent !» Voilà le cri du coeur qui barre ce jeudi la page d'accueil du blog de Jean-Luc Mélenchon. Le coprésident du Parti de gauche le reconnaît d'emblée, cette prise de position à de quoi surprendre : «Pour le militant politique que je suis, défendre un trader dans un conflit avec sa banque est aussi décalé que l'était la défense d'un capitaine monarchiste au début du siècle précédent contre l'institution militaire unanime.»

L'ex-trader de la Société Générale se présentera jeudi 4 juillet devant les prud'hommes pour contester son licenciement pour faute lourde. Il demande... 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts à la banque qui l'a licencié en 2008, une somme égale au montant des dommages et intérêts qu'il doit lui verser.

Un parallèle avec... l'affaire Dreyfus

Jean-Luc Mélenchon dit s'attendre «à soulever de l'incompréhension et peut-être des reproches venant de (son) camp». Mais il assume : «Je m'engage aux côtés de la défense de ce salarié pas comme les autres.» Et il va jusqu'à faire un parallèle avec... l'affaire Dreyfus. C'est qu'il a la «conviction» que «Jérôme Kerviel est innocent». «Et s'il l'est, sa condamnation est insupportable pour une conscience libre. Si je ne la supporte pas je dois la combattre», explique l'ex-candidat à la présidentielle.

Celui-ci estime par ailleurs que l'action de l'ancien trader devant les prud'hommes est «le dernier recours dont il dispose pour contester qu'il ait commis la faute lourde dont l'accuse la banque». Une «incrimination» qui, selon le leader du Front de gauche, «en plus de toutes les autres peines, le condamne à la mort sociale, sans aucune ressource et sans aucun accès aux droits sociaux les plus élémentaires».

Il s'interroge également : «Si la banque a menti, Madame Lagarde alors ministre des Finances devra dire pourquoi elle a accepté en 2008 de verser à la banque 1,7 milliard d'euros de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant