Kerry veut préciser le statut de l'esplanade des Mosquées

le
0

(Ajoute bilan, convocation de l'ambassadeur de France en Israël) MADRID, 19 octobre (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré lundi qu'il était vital que les dirigeants israéliens et palestiniens clarifient le statut de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem et se mettent d'accord sur les mesures qui peuvent être prises pour calmer les violences qui secouent depuis plus de deux semaines Israël et les territoires occupés. Le chef de la diplomatie américaine doit rencontrer cette semaine le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en Allemagne. Il verra aussi le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le roi Abdallah de Jordanie, probablement à Amman. Lieu saint de l'islam et du judaïsme, l'esplanade des Mosquées est administrée par les autorités religieuses jordaniennes. Les juifs, qui l'appellent Mont du Temple, peuvent s'y rendre mais n'ont pas le droit d'y prier, ce que certains contestent. Depuis deux semaines, 41 Palestiniens, huit Israéliens et un Erythréen sont morts dans des heurts et des agressions en Cisjordanie, à Jérusalem-Est, à la frontière entre la bande de Gaza et l'Etat hébreu ainsi que dans des villes israéliennes. John Kerry doit rentrer lundi à Washington pour faire le point avec la Maison blanche avant de retourner en Europe. Le secrétaire d'Etat a déclaré qu'Israël avait le droit de se protéger contre les actes de violence aveugles. Dans les entretiens qu'il a eus avec Benjamin Netanyahu, le dirigeant israélien a dit qu'il voulait maintenir le statu quo sur l'esplanade des Mosquées. "Je n'ai pas d'attentes spécifiques si ce n'est d'essayer de faire avancer les choses et cela dépendra des conversations elles-mêmes", a déclaré John Kerry à la presse à propos des réunions qu'il doit avoir cette semaine avec les dirigeants israéliens et palestiniens. "Israël comprend l'importance du statu quo et (...) notre objectif est de nous assurer que tout le monde comprend ce que ça veut dire (...). Nous ne sommes pas à la recherche d'un changement ou de personnes extérieures qui pourraient intervenir; je ne pense pas qu'Israël et la Jordanie le veulent et nous ne le proposons pas. C'est de clarté dont nous avons besoin", a déclaré John Kerry. Israël a convoqué lundi l'ambassadeur de France au ministère des Affaires étrangères pour exprimer son opposition à l'idée avancée par Paris d'une présence d'observateurs internationaux sur l'esplanade. (Lesley Wroughton; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant