Kerry vendredi à Paris pour exprimer la solidarité des Etats-Unis

le
0

(Actualisé avec Kerry sur polémique aux USA et participation US à la manifestation de Paris § 6-7-8) GANDHINAGAR, Inde, 12 janvier (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, en visite en Inde, a annoncé lundi qu'il se rendrait cette semaine à Paris pour exprimer la solidarité des Etats-Unis après les attaques islamistes qui ont fait 17 morts la semaine dernière. "Nul acte de terrorisme, nulle personne armée d'(un fusil d'assaut) AK 47, nulle prise d'otages dans une épicerie n'arrêtera jamais ceux qui sont engagés dans la marche de la liberté", a-t-il dit. Le chef de la diplomatie américaine a précisé qu'il serait vendredi à Paris après avoir voyagé la veille. Aux Etats-Unis, des voix se sont élevées pour regretter que ni Barack Obama, qui s'est rendu jeudi dernier à l'ambassade de France à Washington, ni aucun membre de premier plan de son administration n'ait participé à l'immense marche citoyenne organisée dimanche à Paris. L'Attorney General (ministre de la Justice) Eric Holder était bien à Paris pour participer dimanche matin à une réunion avec des ministres européens de l'Intérieur autour de leur homologue français Bernard Cazeneuve mais ne se trouvait pas dans le carré des chefs d'Etat, Premiers ministres et ministres étrangers qui ont défilé avec François Hollande. C'est l'ambassadrice américaine à Paris, Jane Hartley, et la secrétaire d'Etat adjointe chargée des relations avec l'Europe, Victoria Nuland, qui ont représenté Washington dans ce cortège. (voir ID:nL6N0UR00G ) John Kerry a récusé ces critiques. "Nous avons partagé, dès le tout début, nos renseignements, nos services et tous nos efforts, et je pense véritablement que ceci relève de la chicanerie", a-t-il dit en réponse à une question. La relation entre les Etats-Unis et la France, a-t-il ajouté, "ne s'arrête pas à une journée ou à un moment particulier, c'est une relation permanente et de longue durée qui est profondément, profondément ancrée dans des valeurs communes, et notamment notre engagement commun en faveur de la liberté d'expression". (Arshad Mohammed; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant