Kerry et Lavrov à Genève pour conclure une coopération en Syrie

le
0
    par Lesley Wroughton 
    GENEVE, 26 août (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain 
John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov se 
rencontreront vendredi à Genève pour convenir des derniers 
détails d'un accord de coopération contre l'Etat islamique (EI) 
en Syrie. 
    Les deux parties espèrent avec cet accord mettre fin au 
conflit syrien et relancer les négociations quant à une 
transition politique dans le pays. 
    John Kerry a annoncé cette semaine que les équipes 
techniques des deux pays approchaient de la fin des discussions, 
mais des responsables américains ont dit qu'il était trop tôt 
pour dire si un accord serait conclu. 
    Lorsque les négociations ont été lancées en juillet à 
l'initiative de John Kerry, en visite à Moscou, ce dernier 
proposait un partage des renseignements entre Moscou et 
Washington et des frappes aériennes coordonnées contre l'EI, 
assorties d'une immobilisation des avions de Damas pour éviter 
des attaques sur des groupes rebelles modérés. 
    Le secrétaire d'Etat américain voit dans ce plan sa 
meilleure chance de limiter les combats, qui ont poussé des 
milliers de Syriens à l'exil et qui empêchent l'aide humanitaire 
de secourir des dizaines de milliers de civils. 
    Les discussions se tiendront dans le sillage de la reprise 
mercredi par l'armée turque d'un des derniers bastions syriens 
de l'EI le long de la frontière turque, Djarablous. 
    L'armée turque a en outre bombardé jeudi des combattants 
kurdes près de Manbij au sud de Djarablous, exigeant que les 
milices YPG (Unités de protection populaire) se retirent sur la 
rive orientale de l'Euphrate.   
    Les forces kurdes avaient avancé à l'ouest du fleuve dans le 
cadre d'une opération soutenue par les Etats-Unis qui a conduit 
ce mois-ci à la reprise de Manbij. Ankara se retrouve opposé à 
Washington, qui voit dans les combattants kurdes de précieux 
alliés de terrain. 
    En parvenant à un accord avec la Russie, qui soutient le 
régime de Bachar al Assad, les Etats-Unis espèrent favoriser le 
déclenchement de discussions sur une transition politique en 
Syrie. 
    La Russie a approuvé la mise en place d'une pause de 48 
heures dans les combats à Alep, dans le nord de la Syrie, pour 
permettre l'acheminement des convois humanitaires, a annoncé 
jeudi l'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de 
Mistura.   
    Les Nations unies réclamaient une trêve afin d'envoyer 
simultanément de la nourriture, de l'eau et des médicaments dans 
les quartiers est d'Alep, contrôlés par les rebelles, et ceux du 
gouvernement, dans l'ouest. 
    A Daraya, un accord a en outre été conclu entre l'armée 
syrienne et les rebelles afin de permettre l'évacuation de la 
totalité des civils et des insurgés hors de cette banlieue à 
quelques kilomètres du centre de Damas, assiégée depuis 2012 par 
les troupes du régime syrien.   
 
 (Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant