Kerry à Kaboul pour trouver une issue au blocage en Afghanistan

le
0

KABOUL, 7 août (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est arrivé jeudi en Afghanistan pour pousser à la conclusion d'un accord sur le partage du pouvoir entre les deux candidats à l'élection présidentielle de juin une fois achevé l'audit de ce scrutin contesté. Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah avaient trouvé un accord pour mettre un terme à la crise induite par l'élection après une première visite de John Kerry le mois dernier, mais ils restent en désaccord sur des éléments essentiels du pacte qui doit à permettre la formation d'un gouvernement d'unité. L'opération de vérification des huit millions de voix exprimées lors du second tour n'a pas obtenu le soutien public des deux rivaux. Cette impasse fait planer la menace de violents conflits ethniques. Les pays occidentaux qui soutiennent l'Afghanistan espèrent que cet audit permettra d'aboutir à l'élection d'un président qui bénéficie d'une légitimité avant le sommet de l'Otan prévu en septembre et le retrait des troupes prévu à la fin de l'année. John Kerry doit rencontrer les deux candidats ainsi que le président Hamid Karzaï pour parvenir à un accord. L'actuel président afghan a annoncé que la cérémonie d'investiture du prochain chef de l'Etat aurait lieu le 25 août. Des responsables impliqués dans le processus de vérification ont pour leur part qualifié cette annonce d'optimiste et déclaré que le nom du vainqueur de l'élection pourrait être connu au plus tôt à la fin du mois. "Nous espérons que le secrétaire (d'Etat) puisse obtenir des deux candidats un calendrier sur la fin de l'audit et un accord sur les détails concernant un gouvernement d'unité nationale", a déclaré à la presse un haut responsable de Département d'Etat en route vers Kaboul. En vertu de l'accord verbal conclu lors de la précédente visite de John Kerry, le vainqueur de l'élection occupera la fonction de président et formera le gouvernement d'unité nationale. L'autre candidat sera quant à lui directeur général. La structure de ce gouvernement reste à établir tandis que les deux candidats affichent des points de vue divergents quant à la manière dont il devra fonctionner. Les huit millions de bulletins glissés dans les urnes le 14 juin sont en cours de vérification sous la supervision des Nations unies. Ce scrutin était censé mener à la première transition démocratique dans l'histoire de l'Afghanistan. (Lesley Wroughton; Clémence Apetogbor pour le service français, édité par Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant