Kering surprend avec un redressement inattendu chez Gucci

le , mis à jour à 18:56
0
RÉSULTATS SEMESTRIELS DE KERING EN RECUL
RÉSULTATS SEMESTRIELS DE KERING EN RECUL

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Kering a vu ses résultats semestriels reculer sous l'effet des contre-performances de Puma, tandis que Gucci, en pleine phase de relance, a vu ses ventes progresser contre toute attente au deuxième trimestre.

Très surveillé, le maroquinier a fait nettement mieux que prévu avec une croissance organique de 4,6%, alors que les analystes attendaient en moyenne une baisse de 2,5%.

Cette performance s'explique par d'importants rabais réalisés sur les collections de l'ancienne directrice artistique, remplacée en début d'année par Alessandro Michele.

La marque a signé une forte hausse de ses ventes en Europe ainsi qu'au Japon (où les bases de comparaison étaient favorables), deux régions qui profitent d'un nouvel accroissement des flux touristiques grâce à des écarts de change favorables.

Elle a aussi signé des ventes positives en Chine continentale et a repris des couleurs (+4%) aux Etats-Unis mais, plombée par la chute des flux touristiques chinois, a poursuivi sa baisse à Hong Kong et Macao, où les tendances "ne s'améliorent pas" aux dires de Jean-Marc Duplaix, directeur financier de Kering.

Il a confirmé que le plan de relance de Gucci se ferait sentir à partir du troisième trimestre et surtout du quatrième trimestre, avec l'arrivée en boutique des collections du nouveau designer.

Bottega Veneta, deuxième pilier des marques de luxe de Kering, a elle aussi accéléré la cadence (+9,3%) malgré une forte présence à Hong Kong et Macao, où la marque réalise près de 20% de ses ventes.

Saint Laurent, porté par d'importantes ouvertures de magasins, poursuit sa brillante trajectoire (+27%).

Ailleurs, la progression des autres marques comme Alexander McQueen ou Stella McCartney a été contrebalancée par les mauvaises performances du pôle montres (Girard-Perregaux, Ulysse Nardin), toujours aux prises avec un marché difficile.

Interrogé sur les rumeurs de départ d'Alexander Wang de la direction artistique de Balenciaga, Jean-Marc Duplaix a simplement indiqué que le groupe était "dans une situation classique de renégociation de contrat entre une marque et son designer".

Le résultat opérationnel courant du groupe a reculé de 5,4% à 773,2 millions d'euros, proche des estimations des analystes, sur un chiffre d'affaires de 5,51 milliards, contre 5,24 milliards attendus par le consensus ThomsonReuters I/B/E/S.

La marge a reculé à 14%, contre 17,4% un an plus tôt, plombée par des mécanismes défavorables de couverture de changes et le recul des résultats de l'équipementier Puma pour cause de changes et d'investissements élevés.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant