Kering n'est pas vendeur de Puma à court terme

le
1
KERING NE CHERCHE PAS À VENDRE PUMA À COURT TERME
KERING NE CHERCHE PAS À VENDRE PUMA À COURT TERME

PARIS (Reuters) - Kering n'est pas vendeur de sa filiale Puma à court terme, a déclaré le PDG du groupe de luxe, François-Henri Pinault, au Financial Times.

"Jusqu'ici, nous n'avons pas l'intention de vendre Puma à court terme", a-t-il dit.

Nombre d'analystes estiment qu'une cession de l'équipementier sportif ne devrait pas intervenir avant 2017 au plus tôt, une fois l'entreprise en difficulté redressée.

S'ils estiment qu'un recentrage du groupe sur le luxe (Gucci, Bottega Veneta ou Saint Laurent) permettrait une nette revalorisation du titre Kering en Bourse, ils rappellent que la moins-value qu'il aurait à encaisser demeure par trop élevée aujourd'hui.

Kering, qui s'appelait encore PPR, avait acquis une participation majoritaire dans l'équipementier en 2007 au prix de 330 euros par action. Le titre s'échangeait à 205,85 euros jeudi à la Bourse de Francfort.

Après des années de déclin et des pertes de parts de marché face à ses grands concurrents Nike et Adidas, l'équipementier allemand amorce son redressement, grâce notamment aux chaussures de sport féminines en partenariat avec la chanteuse Rihanna, nommée directrice artistique.

(Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 7 mois

    Comment peux t on faire de telles moins values sur achat ( 40% ) ...... pour un groupe comme Kering ( PPR ).