Kenya : Obama retrouve la famille de son père à Nairobi

le , mis à jour à 00:01
0
Kenya : Obama retrouve la famille de son père à Nairobi
Kenya : Obama retrouve la famille de son père à Nairobi

Le président américain Barack Obama est arrivé vendredi soir au Kenya pour une visite sous haute sécurité dans le pays de son père, durement frappé ces dernières années par les insurgés islamistes somaliens shebab. C'est sa première visite dans le pays depuis qu'il a accédé à la Maison Blanche en 2009. Sa demi-sœur Auma l'attendait à l'aéroport de Nairobi.

Le président américain, qui a descendu seul la passerelle de l'avion présidentiel, a d'abord reçu un bouquet de fleurs offert par une petite fille avant de serrer la main et de donner une brève accolade à son homologue Uhuru Kenyatta, avant de serrer dans ses bras sa demi-sœur, âgée de 55 ans et d'un an son aînée. Barack Obama a rejoint à son hôtel d'autres membres de sa famille pour un dîner.

Parmi eux figuraient Mama Sarah, la matriarche de la famille, avec qui le président n'a pas de liens de sang mais qu'il considère comme sa «grand-mère». Barack Obama est né à Hawaï d'une mère américaine et d'un père kényan, Barack Obama Senior, qu'il n'a que très peu connu, le couple s'étant séparé lorsqu'il avait deux ans. Le père du président américain est décédé dans un accident de voiture à Nairobi à 46 ans.

Barack Obama doit prononcer samedi un discours lors du sommet mondial sur l'entrepreneuriat, qui se tient à Nairobi, et s'entretiendra avec son homologue des questions économiques, sécuritaires et de respect des droits de l'Homme. «L'Afrique est un lieu de dynamisme incroyable, où se trouvent certains des marchés les plus en croissance au monde, des gens extraordinaires, d'une résilience extraordinaire», a-t-il déclaré avant de partir de Washington.

Sur le plan sécuritaire, les shebab, affiliés à Al-Qaïda, constituent la principale source d'inquiétude: ils ont mené au Kenya des attaques de grande ampleur, comme la tuerie du centre commercial Westgate à Nairobi en 2013 (67 morts), et le massacre à l'université de Garissa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant