Kenya : Obama prend la défense des homosexuels

le
0
Kenya : Obama prend la défense des homosexuels
Kenya : Obama prend la défense des homosexuels

 «Laissez le débat sur les homosexuels en dehors de notre pays», voilà la prière que les catholiques Kényan ont adressée à Barack Obama. Une prière que le Président américain n'a pas entendue. En visite à Nairobie, dans le pays natal de son père, Barack Obama a tenu à s'exprimer sur la question homosexuelle qui déchire le continent. 

«J'ai été constant à travers toute l'Afrique là-dessus. Je crois au principe selon lequel chacun doit être traité de manière égale devant la loi (...) et que l'Etat ne devrait discriminer personne sur la base de son orientation sexuelle. En tant qu'afro-américain aux Etats-Unis, je suis douloureusement conscient" des conséquences de la discrimination.» 

L'homosexualité est un délit

Une déclaration qui n'a l'air de rien, mais qui veut pourtant dire beaucoup. Sur le continent africain, la condition des homosexuels est dramatique et les législations répressives sont monnaie courante. Sur 54 pays, 38 pénalisent l'homosexualité. Dans certains pays, comme le Soudan, la Mauritanie, la Somalie et le nord du Nigéria, la peine de mort s'applique même aux homosexuels. 

Au Kenya, les relations sexuelles entre hommes sont illégales et l'homosexualité est fortement réprouvée. De nombreux Kényans considèrent l'homosexualité comme un concept «anti-chrétien» importé des pays occidentaux. 

Barack Obama has called on African nations to treat gay people equally during visit to Kenya. http://t.co/2OnZObtD5G pic.twitter.com/hwrra9m6Hg— Sky News America (@SkyNewsAmerica) 25 Juillet 2015

Avant l'arrivée de Barack Obama, le vice-président Kényan, William Ruto a multiplié les diatribes homophobes. Au mois de juillet, lors d'une cérémonie religieuse, il avait notamment déclaré : «Nous avons entendu que les Etats-Unis avaient autorisé les relations homosexuelles et d'autres choses dégoûtantes. En tant que dirigeant chrétien, je vais défendre notre foi et notre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant