«Kazakhgate» : l'immunité parlementaire du sénateur UDI Aymeri de Montesquiou levée

le
1
«Kazakhgate» : l'immunité parlementaire du sénateur UDI Aymeri de Montesquiou levée
«Kazakhgate» : l'immunité parlementaire du sénateur UDI Aymeri de Montesquiou levée

Après le député UMP Patrick Balkany, un autre parlementaire vient de voir ce mercredi son immunité parlementaire levée, dans une toute autre affaire. Cette fois, c'est le sénateur du Gers UDI Aymeri de Montesquiou qui est visé. Cette décision a été prise par le bureau du Sénat, dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de commissions perçues en marge de contrats conclus avec le Kazakhstan sous la présidence de Nicolas Sarkozy. «C'est moi qui ai demandé la levée de mon immunité, parce que le dossier est complètement vide, a-t-il aussitôt réagi. Cela change le caractère des choses».

Aymeri de Montesquiou était auparavant le représentant de Nicolas Sarkozy en Asie centrale. Son bureau et son domicile avaient été perquisitionnés dans cette affaire liée à des contrats conclus sous la présidence de Nicolas Sarkozy pour un montant total de deux milliards d'euros, notamment pour l'achat de 45 hélicoptères fabriqués par Eurocopter (devenu Airbus Helicopters) et 295 locomotives.

Mouvements suspects sur des comptes bancaires

Dans cette affaire, Jean-François Etienne des Rosaies, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy quand il était président de la République et Nathalie Gonzalez-Prado,ex-chargée de mission de Claude Guéant, alors secrétaire général de l'Elysée, ont été placés en garde à vue en septembre dernier.

L'affaire a démarré en avril 2012. A cette époque, Tracfin a décelé des mouvements suspects de plus 300 000 euros sur les comptes bancaires de Jean-François Etienne des Rosaies. Une enquête préliminaire a alors été ouverte, suivie d'une information judiciaire au printemps 2013. La justice a fait le rapprochement entre ces mouvements financiers douteux et la signature de contrats au Kazakhstan alors que Nicolas Sarkozy est président de la République.

Soupçons d'intervention auprès du Sénat belge 

L'enquête a mis au jour d'autres versements suspects, qui proviendraient d'un homme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jpoche le mercredi 18 mar 2015 à 16:31

    étonnant non ? juste avant les élections...