Kaufman & Broad baisse significativement ses prix

le
8
Le promoteur immobilier va revenir sur le créneau des maisons individuelles en village.

Une page se tourne chez Kaufman&Broad. À 68 ans, Guy Nafilyan, qui dirige le troisième promoteur immobilier en France depuis 1977, devrait le quitter à la fin de l'année. Son successeur est désigné: il s'agit de Nordine Hachemi. Cet industriel qui a notamment présidé aux destinées de Séchilienne-Sidec, un spécialiste du traitement des déchets, a rejoint le groupe début juillet. Il aura six mois pour apprendre le métier de promoteur immobilier avant de devenir, si tout se passe comme convenu, PDG de Kaufman&Broad. Le fonds d'investissement PAI Partners, qui possède Kaufman&Broad depuis 2007, a intérêt à ce que le passage de témoin se passe bien s'il veut revendre après l'entreprise dans de bonnes conditions .

Un changement de capitaine donc, mais pas de direction, car les résultats sont conformes aux attentes: dans un climat déprimé, les réservations de logements chez ce promoteur ont crû de 4% au premier semestre. «La stratégie est bonne, souligne Nordine Hachemi. Simplement, nous accélérerons peut-être sur les résidences gérées comme les résidences étudiantes et sur l'immobilier d'entreprise.» Sur la construction d'appartements et de maisons, son c½ur de métier, Kaufman&Broad a déjà fait quelques inflexions.

Pour coller aux attentes du marché, il a d'abord baissé ses prix depuis le début de l'année. «Un recul en moyenne de 6%», affirme Guy Nafilyan. Une politique tarifaire visible dans les derniers programmes de Kaufman. À Villepreux, dans les Yvelines, le mètre carré est vendu à 3900¤ contre 4400¤ aux alentours. À Boussy-Saint-Antoine, dans l'Essonne, le mètre carré est à 3130¤ contre 3300¤ pour les offres concurrentes. Une politique qui porte ses fruits: 74 appartements sur 179 ont été réservés dès le premier week-end de vente.

Discussion avec les maires

Pour minorer les prix, le promoteur a renégocié le prix des terrains à la baisse. «Beaucoup de propriétaires acceptent car, s'ils trouvaient un promoteur plus généreux, ils devraient quand même attendre un an pour toucher leur chèque, le temps que ce concurrent obtienne son permis de construire», souligne Guy Nafilyan. Autre source d'économies: la compression des coûts de construction. En cette période difficile, les groupes de BTP acceptent de rogner leurs marges.

Deuxième tournant, Kaufman&Broad qui avait fait sa réputation dans les années 1970 en construisant des maisons en village commence à revenir sur ce créneau. «Si les maires sont réticents à ces programmes car ils consomment de l'espace, les Français, eux, préfèrent les maisons individuelles», estime Guy Nafilyan. Des programmes de maisons de ce type pourraient être lancés prochainement en Ile-de-France, dans la région Paca et dans le Sud-Ouest.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M826510 le lundi 15 juil 2013 à 14:54

    @danapoin: 1997/1999 correspond au point bas. Donc votre argument ne tient pas. Demandez a ceux qui en 1993 attendait le plongeon. 4 ans plus tard a Paris les prix devissaient de 40% en moyenne. Et pourtant c'etait deja soit disant la penurie !

  • dotcom1 le lundi 15 juil 2013 à 13:30

    -6% pour de l'entrée de gamme? On est loin du krach immobilier claironné par tous.

  • akelacca le lundi 15 juil 2013 à 12:33

    A titre d'exemple, un bien a 100 000€ avec des emprunts a 9% sur 20 ans comme dans les années 80 nécessitera la même capacité de remboursement (et donc trouvera le même acheteur) qu'un bien a 160 000€ avec un taux a 3% sur 20 ans.

  • akelacca le lundi 15 juil 2013 à 12:29

    S’il y a un plongeon, cela viendra non pas de la crise économique mais d’une hausse des taux d’intérêts. En effet, plus les taux sont bas, plus un ménage pourra emprunter. Or, la demande dans l’immobilier non locatif est beaucoup plus sensible aux capacités d’acquisitions qu’aux prix. Dans ce secteur, les acheteurs achètent en fonction de leur capacité d’emprunt. Donc si les taux montent, les capacités d’emprunts chuterons, et donc les prix de l’immo avec.

  • zeisuke le lundi 15 juil 2013 à 11:19

    le plongeon va arriver les perfusions ne pourront plus être branchées, le gouvernement ne sais plus ou prendre l'argent pour faire du sociale !!!l'immobilier est la valeur sure pour les taxes !!!

  • danapoin le lundi 15 juil 2013 à 11:03

    L'immobilier est cyclique, ceux qui croient attendre un plongeon se trompe...en 1997/1999 c'était les mêmes idées "attendre le plongeon" et il n'est jamais arrivé! Depuis les prix ont continué de progresser et c'est normal car la pierre reste la seule valeur sure.

  • 18219615 le lundi 15 juil 2013 à 10:52

    En partant de leur niveau de prix initial ,il y encore fort à faire !!!

  • M5661885 le samedi 13 juil 2013 à 15:31

    Je comprends tout à fait les maires : nouvelles maisons neuves = nouvelles routes à construire et à entretenir, nouveaux réseaux de gaz et/ou d'électricité et d'eau, à construire et à entretenir, nouveau personnel communal au service des nouveaux propriétaires, etc...Il y a tant de maisons anciennes à rénover et à mettre aux normes ....