Karoutchi : «Un bras de fer n'a pas de sens»

le
0
INTERVIEW - Pour le sénateur des Hauts-de-Seine, qui dirigeait la campagne de Jean-François Copé, l'UMP «doit se remettre en ordre de marche».

LE FIGARO. - Comment l'UMP va-t-elle survivre à ce chaos?

Roger KAROUTCHI. - Pour tous les militants, cadres et élus, l'engagement est lié à la force de leurs convictions. Qu'il y ait une crise liée au fait que les résultats ont été très serrés est une évidence. Mais cela ne change pas le fait que 180.000 adhérents sont allés voter et que l'UMP reste le premier parti d'opposition. Je vois bien l'intérêt de l'UDI, du Front national et d'autres de solliciter nos élus et nos adhérents. Mais, dans l'immédiat, la grande majorité n'envisage pas de quitter l'UMP, sa famille. Depuis le début de la crise, seule une quarantaine de cartes ont été retournées au siège de l'UMP, alors que l'on a enregistré plusieurs centaines d'adhésions!

Jean-François Copé aura-t-il les coudées franches pour...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant