Karl, 9 ans, a besoin d'un coeur, ses parents lancent un appel sur Facebook

le
0
Karl, 9 ans, a besoin d'un coeur, ses parents lancent un appel sur Facebook
Karl, 9 ans, a besoin d'un coeur, ses parents lancent un appel sur Facebook

Tous les moyens sont bons pour sauver Karl, 9 ans. Les parents de ce garçon de Rochefort (Charente-Maritime) en attente de transplantation cardiaque viennent de lancer un appel d'urgence sur les réseaux sociaux. Le petit écolier est hospitalisé au service cardio-pédiatrique de l'hôpital Haut-Lévêque à Bordeaux après la découverte voici quelques mois d'une pathologie cardiaque rare qui mettent ses jours en danger.

Une page Facebook intitulée «Un coeur pour la vie de Karl» ainsi fait son apparition sur le web.  Interrogé par France 3, le personnel médical approuve la démarche de la dernière chance des parents. Il s'agit en effet convaincre les parents ou les proches d'un être en état de mort cérébrale d'accepter le prélèvement qui pourrait sauver l'enfant, ce qu'ils refusent généralement une fois sur trois.

Karl est en «super urgence»

 

«Karl est en super urgence. Il lui faut un coeur malheureusement de petit calibre. Il a un petit thorax. C'est un des gros problèmes. Il y a beaucoup plus de greffons de taille adulte que de tout petits greffons», explique sur France Info le docteur Marc-Alain Billès, cardiologue en chirurgie cardiaque et vasculaire, au service de cardio-pédiatrie du professeur Jean-Benoit Thambo, où, comme Karl, cinq autres enfants sont en attente d'une transplantation cardiaque.

«On a consulté un pneumologue parce que Karl avait fait deux bronchites dans l'hiver avec de l'asthme. Ca s'est dégradé puisqu'il a fait un AVC début septembre, explique la maman petit garçon, Laëtitia à la radio. Il a perdu beaucoup de poids avec toutes les complications, il fait actuellement 19 kg et là et il pourrait recevoir le coeur d'une personne d'environ 40 kg. Notre démarche, c'est de sensibiliser les gens aux dons d'organes. Ce n'est pas facile. Surtout quand il s'agit d'enfants. Mais c'est quelque-part faire continuer à faire vivre son enfant finalement».

VIDEO. Le personnel de l'hôpital ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant