Karim Boudiaf, le Français du Qatar

le
0
Karim Boudiaf, le Français du Qatar
Karim Boudiaf, le Français du Qatar

D'ores et déjà éliminée de cette Coupe d'Asie, la sélection qatarienne dispose d'un dernier match face à Bahreïn pour sauver l'honneur et continuer d'emmagasiner de l'expérience, avec le Mondial 2022 à l'esprit. Dans ses rangs se trouve un joueur qui est né et a grandi en France : Karim Boudiaf. Son portrait avec ceux qui l'ont connu.

" Karim, je m'en souviens très bien. Il lui a suffi d'un seul match d'essai pour me convaincre de le prendre. Il avait une sacrée qualité technique, une belle qualité de passe et une intelligence de jeu largement au-dessus de la moyenne. Il jouait comme quelqu'un qui avait 300 ou 400 matchs en pro dans les jambes " Il y a un peu d'amertume et beaucoup de frustration dans les propos de Rachid Maatar au moment d'évoquer le cas Karim Boudiaf. L'ancien responsable de la formation de l'AS Nancy-Lorraine et entraîneur de la réserve se rappelle de l'arrivée du jeune talent en Lorraine en 2008, mais aussi et surtout de son départ inéluctable deux ans plus tard, direction le Qatar, alors qu'il n'avait pas 20 ans " Lors d'un déplacement de la réserve à Villemomble, j'avais discuté à la gare de l'Est avec le frère de Karim. Il avait déjà cette proposition du Qatar, et pour moi, c'était clair, il ne devait pas y aller. Pour un formateur comme moi, c'est très dur d'avoir un gamin si talentueux sous la main et de ne pas être parvenu à l'emmener jusque chez les pros en France. Il aurait eu les moyens de jouer avec la A, largement. "
Un échec à Lorient, un rebond à Nancy
Karim Boudiaf est un enfant de Gennevilliers. Sa mère est marocaine, son père algérien. À 16 ans, joueur à Rueil-Malmaison, il est repéré par le FC Lorient et intègre le centre de formation. Cette première expérience avec le foot de haut niveau tournera court puisqu'il finit par se faire exclure. " Des bêtises de jeunes, élude Reda Baiben, un recruteur basé en région parisienne, où Boudiaf revient après ce premier échec en Bretagne. Il avait pris une licence au Racing et je l'ai suivi toute sa saison chez les U19. En juin 2008, j'ai insisté pour qu'il fasse ce match d'essai avec Nancy alors qu'il était prêt à partir pour le Red Star. " Boudiaf se voit donc offrir une seconde chance d'avoir une carrière pro en France. À l'ASNL, Rachid Maatar le fait monter d'un cran, de défenseur central à milieu récupérateur. " Sur un terrain de foot, il avait la sagesse. Et en dehors, c'était un garçon sans histoire, poli, bien éduqué, qui ne posait pas de problèmes. " Mais pourquoi est-il parti si tôt ? " Quand je lui en parlais, il me disait que c'était lui qui voulait accepter cette offre du Qatar, mais il se voyait surtout investi d'une mission : celle de mettre ses proches à l'abri financièrement ", croit savoir son...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant