Karachi : la DST aurait été alertée de la piste politico-financière dès 2002

le
0
Une figure du renseignement privé affirme avoir alerté les services secrets français de l'existence d'une piste financière pour expliquer les attentats de Karachi, cinq jours après ces derniers. Il n'aurait pas été écouté.

Un informateur aurait alerté le contre-espionnage français, quelques jours après l'attentat de Karachi, que ce dernier serait lié à un règlement de comptes financier, et non à une piste islamique, comme l'a longtemps cru la justice. Gérard Willing, 64 ans, ex-journaliste et figure du renseignement, a été auditionné à ce sujet lundi par le juge d'instruction Marc Trévidic.

L'homme dit avoir alerté le 13 mai 2002, soit cinq jours après l'attentat, la DST (Direction de la surveillance du territoire) de l'existence d'une piste financière pour expliquer l'attentat qui a coûté la vie à 14 personnes, dont 11 employés français. «J'ai rendu compte verbalement à de nombreuses reprises de l'avancée de mes investigations au contre-espionnage, qui ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant