Kansas City : un tireur fait trois morts sur des sites juifs

le
0
Kansas City : un tireur fait trois morts sur des sites juifs
Kansas City : un tireur fait trois morts sur des sites juifs

Un homme a été interpellé après avoir tué trois personnes dimanche dans un centre communautaire juif et une maison de retraite juive à Overland Park, dans la banlieue de Kansas City. Le tireur présumé, un septuagénaire, a été entendu criant «Heil Hitler» lors de son arrestation selon des témoins cités par les médias. Le chef de la police d'Overland Park, John Douglass, s'est refusé à confirmer cette information ou le mobile du tueur présumé.

Interrogé lors d'une conférence de presse sur l'éventuel caractère antisémite de ce crime, il a estimé qu'«il est trop tôt dans l'enquête pour tenter de (le) caractériser». «Manifestement, avec un tel acte de violence dans deux centres juifs, on peut se poser la question», a-t-il néanmoins convenu. Le suspect «n'est pas du Kansas et n'était pas connu de la police», a encore indiqué John Douglass, tout en refusant de dévoiler son identité.

Le président Barack Obama a condamné cette attaque «horrible» et présenté ses condoléances aux familles des victimes

Un adolescent parmi les victimes

Les faits se sont produits vers 13 heures locales (20 heures en France) au Centre communautaire juif de Kansas City/. Le suspect, un homme blanc barbu, a tiré sur deux personnes, dont un adolescent sur le parking du centre. L'une des personnes visées est décédée immédiatement, l'autre est morte à l'hôpital. Selon le rabin Herbet Mandl, aumonier de la police d'Overland Park, l'homme a demandé à ses victimes si elles étaient juives avant de tirer.

Quelque 75 personnes, dont de nombreux enfants qui auditionnaient pour une compétition télévisée de chant, se trouvaient alors dans le centre communautaire, équipé d'un théâtre. Le suspect a ensuite pris sa voiture et s'est rendu dans une maison de retraite avoisinante, Village Shalom, où il a tué une femme septuagénaire une quinzaine de minutes plus tard, avant d'être rapidement interpellé.

«Nous n'avons pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant