Kamil Glik, cœur de Toro .

le
0
Kamil Glik, cœur de Toro .
Kamil Glik, cœur de Toro .

Le défenseur polonais n'est pas qu'un surprenant co-meilleur buteur de son club. C'est aussi l'âme d'un Toro en manque de joueurs représentatifs ces dernières décennies.

C'est un peu le lot de trop nombreux défenseurs : on se met à parler d'eux quand ils font bien ce qu'on ne leur demande même pas de faire. Pour la grande majorité, Kamil Glik est donc un défenseur central qui excelle sur les coups de pied arrêtés offensifs avec des coups de casque imparables. Déjà auteur de cinq buts en un demi-championnat, cela fait de lui le meilleur buteur du Torino avec Fabio Quagliarella. Avant la victoire à Cesena dimanche dernier, il avait même inscrit à lui tout seul les quatre derniers pions de son club. Satanée dictature du but. Pourtant, à 26 ans, il s'impose également comme un des meilleurs défenseurs centraux de la Serie A. Pas un mince exploit dans un championnat qui n'a peut-être plus les mêmes exigences par rapport à ses grandes années, mais dans lequel il faut toujours posséder certaines qualités pour y tenir solidement son rang à ce poste.
Aller-retour Real Madrid-Pologne
Glik, c'est avant tout un bourlingueur à la trajectoire inhabituelle. Polonais certes, mais qui n'a jamais évolué dans les clubs phares de son pays, pas de Wisla, Polonia ou de Legia, mais des premiers pas au Wodzis?aw ?l?ski et Silesia Lubomia, dans les divisions inférieures avant de partir très tôt en Espagne. À 18 ans, il se retrouve en effet au Real Madrid C alors en "Tercera Division", soit le quatrième niveau espagnol. Une neuvième place après une année passée à affronter également la C de l'Atléti, mais aussi Torrejón, Las Rozas, Ciempozuelos et Rayo Majadahonda. L'expérience est sympathique, Glik connaît tous les coins et recoins de la Communidad de Madrid, mais le retour dans la Pologne natale est acté dès la saison suivante. Le voilà au Piast Gliwice, une équipe qui va le marquer à vie au point d'en porter toujours les protège-tibias lorsqu'il évolue avec la sélection : "J'y ai planté mes racines professionnelles et je serai lié à ce club pour toujours. J'ai même eu la satisfaction d'être le premier joueur du Piast à endosser le maillot de la Pologne", confia-t-il à la presse italienne lors de son arrivée. En effet, la Botte sera sa prochaine étape.

Palerme d'abord, mais seulement pour six mois et quatre apparitions en Ligue Europa. Bloqué par la concurrence de Bovo, Muñoz et même le Roumain Goian, il file à Bari en prêt où il croise pour la première fois Giampiero Ventura, qui se fera cependant licencier après quelques...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant