Kamel Daoud et les « fantasmes » de Cologne, retour sur une polémique

le
0
L'écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le 5 mai 2015 à Paris.
L'écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le 5 mai 2015 à Paris.

Dans une correspondance avec son ami le journaliste et essayiste américain Adam Shatz, l’écrivain algérien, accusé d’« islamophobie », annonce qu’il « arrête le journalisme ». Il avait publié deux tribunes après les agressions sexuelles de masse commises la nuit du 31 décembre à Cologne.

Mis en cause dans une récente polémique où on lui a reproché de relayer des idées « islamophobes », l’écrivain algérien Kamel Daoud annonce qu’il « arrête le journalisme ». C’est ce qu’il affirme dans la correspondance avec son ami le journaliste et essayiste américain Adam Shatz, que nous publions ci-dessous. Les deux hommes échangent sur le débat suscité par deux récentes tribunes de Kamel Daoud, dont l’une, « Cologne, lieu de fantasmes », est parue dans Le Monde le 5 février, après avoir été diffusée par le quotidien italien La Repubblica et le magazine suisse L’Hebdo. Le second article a été publié dans le New York Times daté du 14 février.

Ces deux textes portaient sur les agressions sexuelles de masse commises la nuit du 31 décembre à Cologne, dont les auteurs présumés seraient des migrants. Kamel Daoud soulignait ainsi dans Le Monde les « fantasmes » que révèle le débat sur la nuit de Cologne. Il s’arrêtait tout d’abord aux réactions occidentales, où deux lectures s’affrontent, l’une tentée par l’angélisme, l’autre par la diabolisation. Kamel Daoud renvoie dos à dos la gauche et la droite (ainsi que l’extrême droite), qui refusent, selon lui, de penser pleinement les événements. Contre ces idées préconçues, il demande que l’accueil ne soit pas qu’une procédure administrative, mais soit complété par une démarche d’accompagnement culturel, quitte « à partager, à imposer, à défendre, à faire comprendre » des valeurs, afin d’aider les migrants à s’adapter à un nouvel es...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant