Kaesong, la fin du dernier «pont» intercoréen

le
0
Dans sa fuite en avant, Pyongyang ferme pour la première fois la zone industrielle, née de la politique de détente en 2004, où 123 entreprises du Sud capitaliste employaient 123.000 ouvriers du Nord.

Le dernier fil qui reliait les deux Corées est rompu. Lundi, les 175 derniers «irréductibles» employés sud-coréens du parc de Kaesong auront rejoint leur mère patrie en deçà du 38e parallèle, abandonnant le seul vestige de la coopération entre Séoul et Pyongyang.

Le site de Kaesong, où 53.000 ouvriers de Corée du Nord fabriquaient des chaussures, du textile ou des ustensiles de cuisine pour 123 entreprises capitalistes, se voulait un projet emblématique du rapprochement Nord-Sud lors de son inauguration, en 2004, à l'ère de la Sunshine Policy. C'était il y a une éternité. Le parc, situé à une quinzaine de kilomètres au nord de la ligne de front, avait résisté à tous les accès de tensions de la dernière décennie, mais a succombé à la nouvelle crise marquée p...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant