Kadhafi accusé de viol par ses ex-«amazones»

le
0
Le colonel aimait à s'entourer d'une garde 100% féminine, portant treillis et kalachnikovs. Depuis sa chute, le témoignage de plusieurs d'entre elles montre un envers du décor terrifiant.

Elles étaient surnommées les «amazones» de Kadhafi. La garde rapprochée féminine qui entourait le dirigeant libyen dans tous ses déplacements (voir diaporama) suscitait l'étonnement et des interrogations : s'agissait-il d'un «gadget» de décorum, d'une énième marque de son goût prononcé pour la provocation, voire d'un harem ? À la faveur de la chute du colonel, plusieurs d'entres elles ont brisé le silence, et leur témoignage confirme de manière sinistre la troisième hypothèse. Forcées à s'enrôler, menacées, elles disent avoir été violées par le «Guide» qui les «partageait» ensuite avec ses fils ou ses officiers.

Le colonel et sa garde à Paris, en 2007.
Le colonel et sa garde à Paris, en 2007.

Jusqu'à 400 jeunes femmes - quarante à la fois - auraient composé la garde rapprochée de Kadhafi, issues d'une Académie militaire pour femmes qu'il avait fondée en 1983 à Tripoli. C'est une psychologue basée à Benghazi qui a recueilli la parole de cinq d'entre elles, rapportée dans le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant