Kad Merad : « J'ai tellement attendu le succès »

le
0
Kad Merad pose à côté de son modèle en cire au musée Grévin à Paris le 21 mars.
Kad Merad pose à côté de son modèle en cire au musée Grévin à Paris le 21 mars.

Le comédien est actuellement au Théâtre des Bouffes parisiens dans « Acting ». Du duo « Kad et Olivier » à la série « Baron noir », il revient sur un parcours fait de « coups de chance ».

Je ne serais pas arrivé là si…

… Si j’avais changé de nom. La première fois que j’ai réussi un casting, mon personnage s’appelait Ahmed Ben Mabrouk, un rôle très typé d’éducateur en MJC de banlieue dans la série « Tribunal », sur TF1. Sans doute était-ce parce que je m’appelais Kadour Merad. A la même période, je jouais dans une école de théâtre le rôle d’Alceste dans Le Misanthrope. Des producteurs étaient venus pour éventuellement me proposer de jouer François Ier jeune. Mais lorsqu’ils ont vu mon nom, ils ont tiqué et je n’ai pas été pris.

J’ai alors été tenté de changer de nom pour décrocher d’autres types de rôles. Pendant une journée, je me suis écrit des noms francisés : François Kadour, Gilbert Béguin (le nom de famille de ma mère), Jean Béguin. Je les testais en m’appelant devant un miroir. Mine de rien, même si vous ne souffrez pas de racisme, vous souffrez quand même d’un regard différent suivant votre nom. Je me disais : pourquoi me mettre cette barrière, pourquoi garder ce handicap en commençant ma carrière ?

Et finalement, vous y avez renoncé. Pourquoi ?

Lorsque mon père, Mohamed, est arrivé d’Algérie en France dans les années 1950, il s’est fait appeler Rémi. Je ne voulais pas recommencer la même chose. J’ai pensé à lui et je me suis dit tant pis, ce « frein » va être une force.

Pourquoi votre père a-t-il changé son prénom ?

Il me l’a raconté avec beaucoup d’émotion dans la voix. Il avait beau être Français d’Algérie, puisque à l’époque c’était l’Algéri...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant