Kaboul : les talibans revendiquent un nouvel attentat, au moins 5 morts

le , mis à jour à 14:19
0
Kaboul : les talibans revendiquent un nouvel attentat, au moins 5 morts
Kaboul : les talibans revendiquent un nouvel attentat, au moins 5 morts

Les habitants de Kaboul n'ont presque plus un jour de répit depuis jeudi. Une nouvelle explosion s'est produite ce lundi près de l'entrée de l'aéroport de la capitale afghane, à une heure de forte affluence. Alors que les bilans meurtriers des précédentes attaques augmentent encore avec les blessés qui succombent peu à peu, les autorités parlent cette fois d'«au moins» cinq morts et dix blessés.

L'attentat a été revendiqué par Zabihullah Mujahid, le porte-parole habituel des insurgés islamistes, selon lequel «deux véhicules appartenant à des troupes étrangères» étaient visés. Tous les vols ont été suspendus «pour les prochaines heures», précise-t-on du côté de l'aéroport.

«L'explosion a eu lieu au premier barrage qui mène à l'aéroport», a indiqué le chef adjoint de la police de Kaboul, Sayed Gul Agha Rouhani. Un incendie s'est ainsi étendu en début d'après-midi (10 heures en France) sur la route embouteillée de l'aérogare. Et «quatre personnes ont été tuées dans cet attentat-suicide et dix autres blessées», a ensuite précisé Fraidoun Obaidi, le chef de la police judiciaire de Kaboul.

Série d'attentats

Samedi déjà, une nouvelle attaque dans la province de Kunduz (nord) s'inscrivait dans une vague de violences qui touche l'Afghanistan, et plus particulièrement Kaboul, depuis jeudi. Trois attentats commis en plein coeur de la capitale ont fait 51 morts et plus de 200 blessés, dont 27 morts lors d'un attentat suicide contre une académie de police vendredi soir. Un quartier résidentiel a totalement été ravagé. Deux de ces attaques ont été revendiquées par les talibans, eux-mêmes secoués par des conflits internes depuis la mort du mollah Omar et la désignation d'un nouveau chef (cf. encadré).

Dans le conflit qui ensanglante l'Afghanistan depuis la chute du régime des talibans en 2001, les civils payent le prix fort. La mission de l'ONU dans le pays (Unama) a révélé mercredi dernier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant