Kaboul : émotion aux funérailles du journaliste tué par les talibans

le
0
Kaboul : émotion aux funérailles du journaliste tué par les talibans
Kaboul : émotion aux funérailles du journaliste tué par les talibans

C'était une figure de l'Agence France presse (AFP) en Afghanistan. Le journaliste Sardar Ahmad, tué jeudi soir avec sa femme et deux de ses enfants par un commando taliban, a été inhumé ce dimanche à Kaboul en présence de centaines de personnes. La famille et des proches en pleurs se sont réunis dans la résidence familiale pour prier devant les cercueils, avant les funérailles à la mosquée Eid Gah. Les dépouilles du couple, de leur fille Nilofar et de leur fils Omar ont ensuite été inhumées les unes à côté des autres dans un cimetière en banlieue de la capitale afghane. Le troisième enfant du couple, grièvement blessé dans l'attentat de l'hôtel Serena qui a décimé sa famille, demeurait dimanche dans un état critique.

Sur place, les frères de Sardar, l'ancien chef des services de renseignement afghan Amarullah Saleh, la députée Shukria Barakzaï, le chef du bureau de l'AFP pour le Pakistan et l'Afghanistan Emmanuel Duparcq et le grand photographe afghan Shah Marai ont rendu un vibrant hommage au journaliste et sa famille. L'ambassade de France a, elle, fait déposer une couronne de fleurs auprès des tombes.

Au total, neuf personnes ont été tuées dans cet attentat, dont deux Canadiennes travaillant pour la fondation Agha Khan et un Paraguayen oeuvrant pour l'organisme américain NDI.

Sardar Ahmad, journaliste passionné

Sardar Ahmad avait signé des dizaines de reportages emblématiques sur la vie après les talibans, le boom de l'opium, la situation des enfants, les défis de l'Afghanistan en reconstruction, les élections présidentielles de 2004 et 2009 ainsi que «des sujets magazine remarqués, toujours avec le même regard aiguisé, parfois mordant, et plein d'humanité», écrivent ce dimanche ses collègues de l'agence de presse. En marge de son travail à l'AFP, ce journaliste spécialisé dans les questions de sécurité et connu pour sa précision, sa droiture et ses reportages vivants, avait fondé Pressistan, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant