Kaboul : deux morts, dont un enfant, dans l'attentat contre un restaurant français

le , mis à jour le
0
Kaboul : deux morts, dont un enfant, dans l'attentat contre un restaurant français
Kaboul : deux morts, dont un enfant, dans l'attentat contre un restaurant français

Deux Afghans, dont un garçon de 12 ans, ont été tués et 15 autres blessés vendredi à Kaboul lors d'un attentat suicide revendiqué par les talibans contre «Le Jardin», un restaurant français prisé des étrangers, situé dans le quartier de Qala-e-Fatullah. Cette attaque intervient dix jours avant  une réunion visant à relancer les négociations avec les insurgés.

L'entrée de cet établissement est fortement sécurisée. Plusieurs sas et des hommes armés en protègent l'accès. Le Jardin propose une cuisine d'inspiration française et est populaire auprès de la communauté étrangère de Kaboul qui compte notamment des diplomates, des journalistes et des employés d'ONG que les talibans considèrent comme des «envahisseurs». Depuis le printemps, ils ont multiplié les attentats suicide contre des symboles de la présence étrangère en Afghanistan, notamment contre les quelque 13.000 soldats de l'Otan déployés dans le pays.

Un cordon de police a été érigé autour du site et de la fumée provenant du restaurant s'élevait dans le ciel. La déflagration a causé un énorme incendie à l'entrée de l'établissement. Dans un tweet, l'ONG italienne Emergency, qui dispose d'un hôpital au centre de Kaboul, a précisé que l'une des personnes tuées était un garçon de 12 ans.

Une importante réunion au Pakistan

L'attentat de vendredi, que le président afghan Ashraf Ghani a «fermement condamné», survient un peu plus d'une semaine avant une importante réunion quadripartite entre la Chine, les Etats-Unis, le Pakistan et l'Afghanistan, destinée à dresser une feuille de route pour reprendre les négociations de paix avec les rebelles talibans, interrompues l'été dernier. Cette réunion doit avoir lieu le 11 janvier au Pakistan.

Kaboul estime ne pas pouvoir se passer de son voisin pakistanais pour relancer des pourparlers de paix moribonds destinés à mettre fin à l'insurrection des talibans qui dure depuis la chute de leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant