Juventus-Milan et les liens du destin

le
0
Juventus-Milan et les liens du destin
Juventus-Milan et les liens du destin

La Juventus retrouve ce samedi le Milan AC, pour une rencontre qui n'a malheureusement plus la même saveur du fait des tourments rossoneri. Filippo Inzaghi et ses hommes n'ont toutefois rien à perdre de leur déplacement au Juventus Stadium et peuvent au contraire frapper un grand coup pour casser les chaines solidement tenues par la Vieille Dame.

25 février 2012 : Le Milan AC, champion en titre de Serie A, accueille dans la peau de leader la Juventus lors de la 25ème journée du championnat. Dans leur antre, les Rossoneri ont l'occasion de prendre quatre points d'avance sur le dauphin turinois, qui compte toutefois un match en retard (à Bologne). Après l'ouverture du score de Nocerino, le stadio San Siro pense déjà à fêter la victoire des siens quand Muntari double la mise... Sauf que M. Tagliavento ne validera jamais le but du milieu de terrain ghanéen. Matri se charge d'égaliser en seconde mi-temps (après s'être également vu injustement refuser un but) pour couver comme il se doit l'œuf de la plus grosse polémique de l'histoire récente du football italien. On ne le sait pas encore, mais le Milan vient d'entamer sa chute. Le Diavolo finit effectivement 2ème à quatre points de la Juve et voit s'en aller, lors de l'été, Thiago Silva et Ibrahimovic ainsi qu'une bonne partie de sa vieille garde (Nesta, Zambrotta, Oddo, Gattuso, Seedorf, Inzaghi...). La Juventus entame elle son règne. Un peu moins de trois ans plus tard, cet affrontement au sommet a tout du point d'intersection de deux courbes aux trajectoires opposées mais pourtant intimement liées.
Le Milan et la marche du zèbre
Ironie de l'histoire, la meilleure voie à emprunter par le Milan, pour retrouver les sommets, a été tracée par... la Juventus. Souvenez-vous. Après un petit tour en Serie B en 2006-2007 (suite au Calciopoli), la Vieille Dame peine rapidement pour son retour dans l'élite. Lors des saisons 2009-2010 et 2010-2011, elle finit ainsi deux fois à la septième place de Serie A. Mais plutôt que de sombrer dans la déprime, les Bianconeri peaufinent tranquillement leur plan pour inverser la tendance. Lors de l'été 2011, Antonio Conte succède à Luigi Del Neri, sur le banc turinois. L'acte fondateur au même titre que l'achèvement des travaux du Juventus Stadium, inauguré le 8 septembre 2011. Dans le même temps, Giuseppe Marotta, directeur sportif du club depuis 2010, opère intelligemment sur le marché des transferts en témoigne l'arrivée d'Andrea Pirlo laissé libre par... le Milan AC. On connait la suite, la Vieille Dame aligne trois Scudetti consécutifs avant que Conte ne démissionne et soit remplacé par Massimiliano Allegri licencié six mois plus tôt par... le Milan AC. On frise presque la consanguinité.

Qu'importe, le Diavolo a donc un possible modèle à suivre. Le retour...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant