Juventus-Gladbach et la revanche allemande

le
0

Il y a 40 ans, la Juventus et le Borussia Mönchengladbach s'affrontaient en huitièmes de finale de Coupe des clubs champions, l'ancêtre de la Ligue des champions. Un choc qui opposait alors le champion d'Italie à celui d'Allemagne, et, plus largement, deux des meilleures équipes du continent. Avec l'enjeu d'une et même de plusieurs revanches à prendre pour Gladbach et le contingent teuton.

21 octobre 1975. Mönchengladbach. La parole est à Berti Vogts à la veille du huitième de finale aller de Coupe des clubs champions entre Gladbach et la Juve. Une rencontre que le latéral droit allemand attend avec impatience pour prendre ses revanches. Car Berti a plus d'un compte en suspens : "Le premier remonte à Mexico. Tout le monde disait qu'on était les plus forts. Jusqu'à ce qu'on tombe sur l'Italie.". Évidemment une référence à la demi-finale du Mondial 1970, perdue 4-3 par l'Allemagne face à l'Italie. "Le deuxième avec l'Inter. On a été éliminés à cause d'une canette de bière jetée par un fou sur la tête de Boninsegna, lors d'un match qu'on avait pourtant gagné 7-1." Explications : en 1971, Gladbach explose l'Inter en huitième de finale aller de Coupe des clubs champions. Mais après un jet de canette sur Roberto Boninsegna, l'UEFA fait rejouer le match, et c'est finalement l'Inter qui se qualifie. "Le troisième avec le Milan qui nous a éliminé il y a deux ans en demi-finale de Coupe des coupes (en 1974, défaite cumulée 2-1, ndlr)." Vexé de ces coups de Botte à répétition, Berti Vogts aborde logiquement la rencontre avec le couteau entre les dents : "Désormais il y a cette Juventus, dont on dit le plus grand bien. Mais après ces trois défaites, il serait temps que je prenne une revanche, vous ne croyez pas ? ", lance-t-il en s'adressant aux journalistes italiens. Avant de tacler tout aussi habilement que sur les terrains : " Vous Italiens jouez toujours aux victimes expiatoires et ensuite vous nous battez. Mais on ne tombera plus dans le panneau. On sait ce que vaut cette Juve." L'objectif est donc clair pour le Borussia : vérifier que la vengeance est un plat qui se mange froid.

Le Borussia Mönchengladbach favori


Une mission qui ne paraît pas si impossible pour le Borussia Mönchengladbach. Car il y a 40 ans, l'équipe de Rhénanie-du-Nord-Westphalie faisait office de véritable épouvantail. Tout juste vainqueur de la Coupe de l'UEFA et trois fois champion d'Allemagne en cinq ans, Gladbach était même considéré comme largement favori face à la Juve. Avec en tête de file les frais champions du monde allemands en 1974. Comme Berti Vogts bien sûr, qui a muselé Yohann Cruijff en finale à Munich un an plus tôt. Mais aussi le gardien Kleff, les milieux à tout faire Bonhof et Wimmer ou encore le buteur Jupp Heynckes,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant