Justice : les parents qui refusent de vacciner leurs enfants bientôt fixés

le
0
Justice : les parents qui refusent de vacciner leurs enfants bientôt fixés
Justice : les parents qui refusent de vacciner leurs enfants bientôt fixés

Le tribunal correctionnel d'Auxerre (Yonne) se prononcera le 7 janvier sur la possible requalification des faits reprochés à un couple, qui refuse de faire vacciner ses enfants contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP, obligatoire en France) avec les produits que les laboratoires commercialisent en France. Le parquet a requis ce lundi en ce sens, réclamant une peine de trois mois de prison avec sursis contre chacun des époux.

Marc et Samia Larère avaient été convoqués devant la justice pour n'avoir pas fait vacciner leurs deux enfants, une fillette de trois ans et un nourrisson de dix-huit mois, notamment avec le DTP. Le couple était initialement poursuivi pour «soustraction par un parent à ses obligations légales compromettant la santé (...) de son enfant», un délit puni jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 30 000 € d'amende.

Fin octobre, le tribunal avait décidé de rouvrir les débats, considérant que les faits pouvaient relever d'infractions contrevenant à des dispositions du Code de la santé publique, qui prévoit des peines plus légères : six mois d'emprisonnement au maximum et 3750 € d'amende, en cas de refus ou d'entrave à la vaccination.

Un «combat» pour retrouver le vaccin de 2008

Le père, Marc Larère, a dit mener un «combat» pour pouvoir vacciner ses enfants avec «le seul vaccin obligatoire, qui ne contient pas les autres valences (NDLR : les autres vaccins contre d'autres maladies que DTP), mais qui n'est plus disponible sur le marché depuis 2008».

Selon le site Santé Nature Innovation, qui relaye notamment le combat de ceux qui réclament le retour sur le marché d'un vaccin DTP sans aluminium, les parents sont aujourd'hui contraints d'injecter à leurs enfants un vaccin «hexavalent», le seul disponible, qui traite six maladies : diphtérie, poliomyélite, tétanos (DTP) mais aussi coqueluche, Haemophilus influenzae et hépatite B. Or, «les conséquences sur le système ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant