Justice : le constat au vitriol du juge Lambert

le
0
Jean-Michel Lambert.
Jean-Michel Lambert.

216 pages de critiques désabusées du monde judiciaire. C'est, en somme, ce que nous sert le magistrat Jean-Michel Lambert dans un livre en forme de coup de gueule. Intitulé De combien d'injustices suis-je coupable ?, l'ouvrage, qui sera publié le 4 septembre aux éditions du Cherche-midi, fait déjà polémique. Avant d'étaler dysfonctionnement sur dysfonctionnement de la justice, le juge consacre en effet son premier chapitre à l'affaire Grégory Villemin, nom de ce petit garçon enlevé et tué, sans que l'affaire n'ait jamais été résolue. Au mois de novembre 1984, Jean-Michel Lambert inculpe Bernard Laroche, avant de le faire libérer quelques mois plus tard. Peu après sa sortie de prison, le principal suspect de l'affaire se fait tuer de sang-froid par le père du petit Grégory. Jean-Michel Lambert s'apprêtait alors à rendre une ordonnance de non-lieu. Le juge d'instruction, persuadé de l'innocence de Laroche, s'estime coupable de cette tragédie. Il raconte : "Ma carrière s'est fracassée dans un accident majeur dont je ne me suis jamais remis." "Épilogue abominable pour cet homme âgé de 30 ans, un citoyen ordinaire pris dans la nasse judiciaire par un tragique concours de circonstances. Je suis l'un des artisans de cette abjection", ajoute-t-il.Justice pour les riches C'est ici, pour le juge désemparé, que la grande désillusion commence. Page après page, le magistrat raconte ses dilemmes, dézingue la justice de notre pays....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant