" Jusqu'à la saison dernière, je conduisais aussi le minibus... "??

le
0
" Jusqu'à la saison dernière, je conduisais aussi le minibus... "??
" Jusqu'à la saison dernière, je conduisais aussi le minibus... "??

Souveraine en CFA l'an passé, l'ASM Belfort est la belle surprise du début de saison en National. Le plus petit budget du championnat doit en grande partie son succès à un homme : Maurice Goldman, 59 ans. Aux commandes du club depuis plus de dix ans, cet inconditionnel du 4-4-2 a mené ses hommes des tréfonds de la DH à la tête du National. Entretien avec un amateur de la 3e mi-temps.

Personne n'attendait Belfort en haut du classement du National. Même pas son entraîneur ? Bien sûr que si ! Non évidemment, je plaisante. On ne s'attendait pas du tout à ça. On est promus, on a fait des matchs amicaux pas terribles… En fait, on était même plutôt inquiets. Enfin surtout moi, les joueurs beaucoup moins. Ils ont attaqué le championnat sans pression, en étant persuadés qu'ils étaient capables d'aligner ces performances, alors que moi, j'avais surtout en tête les difficultés qu'on allait rencontrer. Et finalement, ce sont les joueurs qui ont eu raison. Tant mieux !
Les chiffres sont costauds : six victoires, quatre nuls, aucune défaite, treize buts marqués et seulement deux encaissés (entretien réalisé le 29 octobre). Pour l'instant, c'est un début de saison presque parfait. Comment l'expliquer ? Vous avez dit le mot essentiel : " Pour l'instant ". J'ai peut-être tendance à être trop négatif, mais moi-même, j'ai du mal à l'expliquer. Je pense que je dois quand même avoir une bonne équipe. Avec les mêmes joueurs, on a quasiment tout gagné l'année dernière et on a perdu seulement trois matchs. On a commencé le National sur cette dynamique. Il faut aussi être franc. On a de la réussite. Quand vous regardez nos matchs, on est souvent en grande difficulté. Les équipes en face sont souvent bien meilleures que nous, ont la possession de balle et des occasions de buts. Mais elles n'en mettent quasiment pas une au fond. Nous, on fait le dos rond, on en plante un et on gagne le match. C'est presque toujours le même scénario.
La recette, c'est donc une dynamique positive, une bonne dose de réussite et une équipe qui se donne à fond à chaque match ? Exactement. Mes joueurs se donnent à plus de 100%. Ils terminent les matchs rincés. Honnêtement, je suis surpris de leur débauche d'énergie, c'est impressionnant. Le seul problème pour l'instant, c'est qu'on a beaucoup de blessés. Les gars se donnent autant à fond à l'entraînement qu'en match. Et pour l'instant, ça paye.
Quand vous êtes en tête, vous n'avez même pas l'impression d'entraîner. Tout est…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant