Jusqu'à cinq séparatistes tués à Slaviansk, selon Kiev

le
2
OFFENSIVE DE L?ARMÉE UKRAINIENNE DANS L?EST, PRÈS DE SLAVIANSK
OFFENSIVE DE L?ARMÉE UKRAINIENNE DANS L?EST, PRÈS DE SLAVIANSK

par Aleksandar Vasovic et Gleb Garanich

SLAVIANSK Ukraine (Reuters) - Les forces ukrainiennes ont lancé jeudi une offensive contre les militants séparatistes pro-russes sur la route de Slaviansk, dans l'est du pays, où "jusqu'à cinq terroristes" ont été tués selon Kiev.

Un détachement comprenant cinq véhicules blindés s'est emparé dans la matinée d'un barrage routier abandonné au nord de cette ville de 130.000 habitants qui tient lieu de bastion pour les rebelles.

Deux heures plus tard, les soldats ukrainiens se sont retirés à leur tour pour une raison inconnue et les miliciens ont renforcé leurs positions avec des sacs de sable.

Auparavant, Kiev avait annoncé que des éléments des forces du ministère de l'Intérieur et du ministère de la Défense avaient tué "jusqu'à cinq terroristes" lors de la prise de trois barrages routiers tenus par des séparatistes, au nord-est de la ville.

Une représentante des autorités séparatistes de Slaviansk a annoncé sur Facebook la mort de deux personnes, tuées selon elle dans la nuit à un point de contrôle situé dans la même zone.

Le gouvernement ukrainien a annoncé mercredi la fin de sa trêve de Pâques et la reprise des opérations dites "antiterroristes", destinées à réprimer le mouvement séparatiste pro-russe dans l'est du pays.

On ignore si l'armée ukrainienne prépare un assaut d'envergure contre Slaviansk, d'autant que le gouvernement a répété ces dernières semaines qu'il ne souhaitait pas engager de combats pour éviter, disait-il, toute victime civile et d'éventuelles représailles de Moscou.

"S'ils entrent dans la ville, nous serons prêts", a prévenu le maire séparatiste de Slaviansk, Viatcheslav Ponomariov, au site d'information local slavgorod.com.ua.

Ses hommes sont armés de mitraillettes, de lance-grenades et d'au moins une pièce d'artillerie.

POUTINE ÉVOQUE UN CRIME

Le président russe, Vladimir Poutine, a réagi en évoquant un possible "crime" perpétré par les autorités de Kiev contre leur propre peuple et en brandissant la menace de mesures de rétorsion.

"Si ces gens en sont venus à la phase dite 'critique' (ndlr, de la confrontation avec les manifestants), il ne s'agit pas d'une phase critique, mais d'une action punitive et elle aura évidemment des conséquences pour ceux qui ont pris ces décisions, y compris sur nos relations bilatérales", a-t-il déclaré lors d'une intervention devant la presse régionale retransmise à la télévision.

Selon le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsène Avakov, une attaque menée par 70 hommes encadrés par des militaires russes a par ailleurs été repoussée dans la nuit sur la base militaire d'Artemivsk, à 40 km au sud-est de Slaviansk. Un soldat ukrainien a été blessé.

Le ministre a par ailleurs annoncé que les séparatistes qui occupaient la mairie de Marioupol s'en étaient retirés. Il s'agirait du premier résultat concret des accords d'apaisement conclus la semaine dernière à Genève.

"Cette fois, il n'y a pas eu de victimes et c'est une bonne chose. Le retour à la normale va se poursuivre dans la ville", dit-il sur sa page Facebook.

Marioupol, qui se trouve sur le littoral de la mer d'Azov, a été le théâtre de violents affrontements la semaine dernière.

(Richard Balmforth; Jean-Philippe Lefief et Simon Carraud pour le service français, édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le jeudi 24 avr 2014 à 16:38

    Ça sent le pâté.

  • M3182284 le jeudi 24 avr 2014 à 15:35

    Et selon Moscou? Guerre de la communication envers des démocraties aveugles et naïves