Jusqu'à 60% d'économie de loyer pour ceux qui quittent Paris

le
2

INFOGRAPHIE - Alors qu’un sondage de Cadremploi détaille les villes qui attirent les cadres parisiens candidats au départ, le Figaro immobilier a calculé les économies de loyer que permettent ces destinations.

Régulièrement les sondages l’indiquent: bon nombre d’habitants de la capitale rêvent de la quitter, lassés des problèmes de transport et des loyers trop élevés. Selon une étude de Cadremploi publiée ce mardi, il y aurait même 80% de cadres qui envisageraient de quitter Paris dans un avenir proche. L’échantillon de 4.078 personnes interrogées se déclare à 53% peu ou pas du tout satisfaites de sa situation, principalement à cause du temps de transports (70% des réponses), du coût des loyers (58%) et de la vie (55%), et du manque de proximité avec la nature (46%).

En s’appuyant sur les données de l’Insee établissant la surface moyenne d’un appartement en France à 63 m² et en utilisant les loyers moyens au mètre carré évalué par le réseau MeilleursAgents à travers la France, le Figaro Immobilier a calculé quelle économie peuvent réaliser les candidats au déménagement. Sans surprise, elles sont énormes! Avec pour référence un loyer moyen de 1656,9 euros à Paris pour 63 m², on se rend compte que l’on obtient une surface équivalente pour quasiment 1000 euros de moins (661,4 euros) à Rennes.

Nantes, la ville qui monte

Selon l’enquête Cadremploi, c’est Bordeaux qui attire en premier lieu les candidats à l’exode, citée par 54% des sondés. Ils y réaliseront 910 euros d’économie ou plus précisément une baisse de 55,1% du loyer au mètre carré. Quant à Nantes, qui se hisse pour la première fois à la deuxième place des villes les plus convoitées devant Lyon, les prix y sont encore plus avantageux. Le gain au mètre carré y atteint 58,9%, le meilleur résultat derrière Rennes (60,1%).

A l’exception de Nice, 6e destination retenue par les candidats au départ, où les loyers élevés ne permettent de réaliser «que» 45% d’économie, toutes les autres destinations sont comprises entre 54 et 60%. On comprend mieux que les cadres parisiens se disent très majoritairement prêts à faire des concessions (baisse de salaire, reconversion, etc.) pour partir. Ils sont 87% à être séduits par le cadre de vie et 64% à rechercher l’équilibre entre vies professionnelle et personnelle que pourrait leur procurer la province. Il ne leur reste plus qu’à trouver ce fameux poste sur place.

Loyer moyen pour 63 m² et part d’économie réalisée par rapport à Paris

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mercredi 2 sept 2015 à 12:15

    Ca tombe bien, le salaire est aussi divisé par 2. Mais le journaliste n'est pas du comprendre cette subtilité.

  • M6882528 le mercredi 2 sept 2015 à 11:53

    Une économie de loyer, c'est indéniable, mais au prix de quelques autres ajustements : salaires généralement moins élevés en province, impôts locaux (à Paris, ils sont très bas comparés à la valeur locative des biens), l'achat probable et l'entretien d'un véhicule à l'année (un luxe dispensable à Paris) ... Je serais en revanche curieux de lire une analyse comparative entre le coût réel de la vie, tous critères confondus, dans une ville moyenne et à Paris pour des profils équivalents.