Jusqu'à 5 ans de prison pour les Anglais logeant des clandestins

le
0

Les propriétaires britanniques qui ne vérifient pas la situation légale de leurs locataires pourraient écoper de lourdes peines de prison ferme, selon un projet de loi qui sera présenté à l’automne.

Le gouvernement britannique souhaite désormais afficher sa fermeté sur les questions d’immigration clandestine alors qu’on lui a longtemps reproché son laxisme. Selon une nouvelle proposition de loi, les propriétaires qui loueraient leur logement à des immigrés clandestins pourront à l’avenir être condamnés à de la prison ferme.

Cette mesure, qui prévoit que les propriétaires qui ne vérifieraient pas la situation légale de leurs locataires, pourront écoper de jusqu’à cinq ans de prison, sera introduite dans le nouveau projet de loi sur l’immigration que compte présenter le gouvernement à l’automne au Parlement, a annoncé lundi Greg Clark, secrétaire d’Etat aux Communautés et affaires locales.

Saisir les salaires

Ce projet de loi prévoyait jusque-là des amendes pour les propriétaires. Il y est aussi question de saisir les salaires des travailleurs clandestins, dans un pays où le sujet de l’immigration est l’une des principales préoccupations.

Les tentatives de milliers de migrants de traverser le tunnel sous la Manche pour gagner le Royaume-Uni au cours des dernières semaines a ravivé les demandes d’en faire plus pour juguler l’afflux, tandis que les tabloïds britanniques ont accusé la France d’incompétence. Dans une déclaration commune au Journal du Dimanche, les ministres de l’Intérieur français et britannique, Bernard Cazeneuve et Theresa May ont fait front commun dimanche, affirmant que «mettre fin à cette situation est une priorité absolue. Nos deux gouvernements sont déterminés à y parvenir, et à y parvenir ensemble».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant