Jusqu'à 10 milliards d'actifs cédés par l'Etat français

le
3

Entre 5 et 10 milliards d'actifs devraient être cédés par la France sur les marchés financiers à l'horizon 2016. Une nouvelle qui survient alors que l'Etat cherche des leviers pour ne pas augmenter son endettement.

Le ministre de l'économie Emmanuel Macron a laissé entendre cet après-midi que la France envisage de céder des actifs à hauteur de 5 à 10 milliards d'euros au cours des 18 prochains mois. Des montants importants qui pourraient permettre au pays de limiter l'émission de nouvelle dette au cours des deux années à venir. Un chiffre qui confirme par ailleurs les projections du fameux « budget 2015 » qui comprenait déjà des cessions d'actifs à hauteur de 4 milliards d'euros.

Les regards tournés vers EDF

Le ministre n'a pas souhaité préciser quels groupes seront concernés par ces opérations. La seule information connue est que ces cessions concerneront « plusieurs domaines ». Tous les regards se tournent déjà vers EDF, dont la France détient 84% du capital. Relativisant toute spéculation à ce sujet, Emmanuel Macron a précisé que le but de la France n'est en aucun cas d'aller vers une privatisation de ce groupe.

Quoi qu'il en soit, ces cessions n'ont pas de raison de peser sur les cours des groupes qui seront concernés. L'Etat est actionnaire dans 74 grands groupes français, dont la forte liquidité sur les marchés devrait permettre un désengagement sans difficulté et sans impact sur les valorisations.

L'Etat cèderait 5 à 10% de ses participations

L'actuel portefeuille de l'Etat est estimé à une valeur de 110 milliards d'euros, dont environ 35 milliards dans EDF. La France se désengagerait donc globalement de 5 à 10% de l'ensemble de ses participations. À cette occasion, l'Etat pourrait sortir du capital de certaines entreprises dont il est actionnaire minoritaire.

À noter également que cette manière de se désengager du privé pour compenser l'endettement est une nouveauté pour l'Etat français. Jusqu'ici, les montants des cessions d'actifs étaient systématiquement réinvestis dans d'autres grands groupes français. Signe des temps, l'Etat ne souhaite donc pas abuser de ses taux d'emprunt historiquement faibles pour accéder à des liquidités qu'il peinerait à rembourser.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2286010 le mercredi 15 oct 2014 à 19:01

    10 milliards € pour une dette de 2023 milliards € (dernières publications), nous sommes sauvés! Hollande, Valls, Mosco., Nadjat et Cie sont forts tout même !!

  • ZvR le mercredi 15 oct 2014 à 18:50

    Comme d'hab.

  • Mosini78 le mercredi 15 oct 2014 à 18:36

    oui donc ils vont vendre au plus bas comme d'hab dans les mois à venir les marchés seront au plus bas