Juppé, une médiation sous tension

le
0
Le maire de Bordeaux doit réunir François Fillon et Jean-François Copé dimanche.

Trois hommes pour une crise, et autant de scénarios. Quand Alain Juppé convoque la presse à Bordeaux, vendredi midi, il a le feu vert de François Fillon et de Jean-François Copé pour lancer sa mission de «médiation». Le fondateur de l'UMP a «l'espoir d'éviter l'éclatement» du parti. Le «point dur», reconnaît-il, c'est la Commission nationale des recours (CNR). Fillon la juge acquise à Copé et ne veut pas en entendre parler. Copé estime qu'elle est la seule instance juridiquement fondée à régler les contentieux électoraux.

Juppé tente un compromis. Il donne raison en droit à Copé en admettant que c'est à la CNR «d'instruire les réclamations», mais réintroduit la politique dans le processus, comme le souhaitait Fillon, en se réservant le dernier mot. Et si la CNR refuse d'aligner ses conclusions sur celles du médiateur? «Je n'accepterai pas de continuer ma médiation», répond ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant