Juppé réclame une initiative forte de la France en Irak

le
1

* La France risque le déshonneur, dit Juppé * Paris n'est pas prêt à intervenir militairement en Irak * Le Pen réclame une aide logistique et dans le renseignement PARIS, 8 août (Reuters) - L'ancien Premier ministre UMP Alain Juppé a réclamé vendredi une initiative forte de la France et de l'Union européenne face à la persécution des chrétiens en Irak, jugeant "honteux" l'effacement de Paris et Bruxelles sur la scène internationale. "Nous devons nous associer à la lutte contre la folie du fanatisme djihadiste qui finira par nous atteindre si nous contemplons sans réagir le génocide des chrétiens d'Orient", a-t-il écrit sur son blog dans un billet intitulé "Indignons-nous!". "Extermination physique, intentionnelle et programmée d'un groupe ou d'une partie d'un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales. Nous y sommes." Plus largement, l'ancien ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy appelle la France à faire davantage entendre sa voix sur les conflits actuels, dans la bande de Gaza, en Ukraine ou encore en Syrie. "Je sais, par expérience, combien ces crises sont complexes et combien sont minces les possibilités d'action des démocraties. Mais si ténues soient-elles, nous ne devons en laisser échapper aucune, au risque du déshonneur", dit-il. Une position qui rejoint celle exprimée jeudi par le député Hervé Mariton, candidat à la présidence de l'UMP, qui a appelé François Hollande à se mêler "des affaires du monde" en apportant un soutien aux chrétiens d'Irak. "Le monde, en réalité, laisse faire. Alors la France doit crier. Parce que s'il est un pays qui ose assumer un message universel de défense des droits de l'Homme, c'est la France. S'il est un pays dont les habitants revendiquent ce message, c'est la France", a-t-il dit dans une tribune au Figaro.fr "Qui s'opposera à vous? Aujourd'hui, c'est l'abstention qui freine. Osez, agissez", ajoute-t-il à l'adresse du président. "DÉCLARATIONS D'INTENTION" A l'initiative de la France, une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu s'est tenue jeudi soir et a débouché sur une condamnation des attaques des djihadistes irakiens et sur un appel lancé à la communauté internationale à soutenir le gouvernement et le peuple irakiens. La France s'est dite prête à apporter son soutien aux forces engagées sur le terrain contre l'organisation sunnite, notamment aux Kurdes, mais de source diplomatique française on précise qu'il n'est pas question d'une aide militaire. Pour la présidente du FN, Marine Le Pen, la lutte contre le terrorisme dans laquelle François Hollande a engagé la France, notamment au Mali, "ne peut et ne doit se limiter à des discours et des déclarations d'intention." "La France se doit d'être aux côtés des gouvernements qui combattent les forces militaro-islamistes en leur apportant, comme le demande le Front National, une aide logistique et un soutien dans le domaine du renseignement", a-t-elle souligné dans un communiqué publié jeudi. "Il est urgent de mener en collaboration avec ces pays et dans le strict respect du principe de non-ingérence, une politique d'endiguement de ce totalitarisme qui menace tout autant la stabilité de cette région que la sécurité et les libertés des peuples qui y vivent." (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jpoche le vendredi 8 aout 2014 à 12:28

    il ferait mieux de s'inquiéter de se qui se passe chez nous, nous sommes les prochains sur la liste à cause des politiciens mous qui nous gouvernent depuis 40 ans !