Juppé fustige les «cafouillages»

le
0
Critiquant les mesures fiscales du gouvernement, le maire de Bordeaux attend aussi que l'UMP s'attelle à la bataille des idées, avant de régler la question du leadership.

«Ma liberté, c'est parfois de ne pas répondre.» Alain Juppé n'a donc pas répondu à la question du «Grand Jury-RTL-Le Figaro-LCI» sur sa possible candidature à la présidentielle. Tout au plus a-t-il expliqué qu'il ne se prononcerait qu'en fonction des «circonstances». «Et les circonstances, par définition, nous ne les connaissons pas», s'est-il amusé. «Je suis un besogneux, je me suis fixé un agenda», a poursuivi l'ancien premier ministre pour expliquer sa réserve du moment. D'abord les municipales de Bordeaux, où il brigue un troisième mandat. Ensuite les européennes, à l'occasion desquelles il veut jouer le rôle d'un «militant de l'Europe». La suite viendra bien assez tôt et l'UMP doit s'y préparer.

Car l'UMP n'est pas prête selon lui. «Elle doit d'abord apaiser les compétitions perso...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant