Juppé et Macron ne sont plus les chouchous des sondages

le , mis à jour à 08:09
3
Juppé et Macron ne sont plus les chouchous des sondages
Juppé et Macron ne sont plus les chouchous des sondages

Baisser dans les sondages, cela devient une routine pour François Hollande et Manuel Valls mais pas pour Alain Juppé et Emmanuel Macron. Dans un sondage Odoxa* pour la presse régionale, l'Express et France Inter, ces deux derniers, jusqu'alors chouchous des Français dans les enquêtes d'opinion, perdent des points. 

 

Alain Juppé baisse ainsi de 3 points, avec 35% des interrogés qui ont de la sympathie pour lui. Il arrive derrière l'écologiste Nicolas Hulot (46%, +3 points). Nicolas Sarkozy, lui, progresse, à 23% (+2). Une hausse encore plus notable chez les sympathisants de droite (66%, +4), où il devance désormais son rival pour la primaire à droite, Alain Juppé, qui enregistre une très forte baisse (-15 points à 62%). Pour l'instant celui qui rappelle qu'il a quelques «batailles électorales à son compteur» assure ne pas s'inquiéter de ce tassement. 

 

L'autre victime du mois, Emmanuel Macron, habitué aux sommets il y a peu, perd lui 7 points (29%). Il baisse aussi bien à gauche (29%, -8) qu'à droite (50%, -6). Après avoir lancé en fanfare son mouvement En marche !,  le ministre de l'Economie semble notamment payer les polémiques autour de sa réplique à un militant «la meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler» ou de son ISF payé rétroactivement. Ces derniers jours, ses proches n'ont pas apprécié non plus la décision du PS d'organiser une primaire ouverte pour choisir son candidat. Cette initiative n'arrange pas Emmanuel Macron qui lorgne sur 2017.   

 

Dans le même temps, les cotes de popularité de François Hollande et Manuel Valls continuent de s'effriter. Seuls 16% des personnes interrogées considèrent l'actuel chef de l'Etat comme un bon président, contre 84% (+1) qui pensent le contraire.  Manuel Valls lui perd encore deux points, avec seulement 24% des Français qui estiment qu'il est un bon Premier ministre, contre 75% (+2) l'inverse. 

 

Pour la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA il y a 5 mois

    Et si on votait pour un candidat qui ne soit pas un professionel de la politique avec ce que cela comporte d'hypocrisie, de machiavelisme et d'égocentisme mais plutôt pour une personnalité issue de la société civile crédible pour le poste et ayant une vision pour la France comme Onfray, Hulot ou Zemmour qui ont au moins le mérite de dire ce qu'ils pensent et de penser de qu'ils disent !

  • charleco il y a 5 mois

    La classe politique ne vit que pour elle-même, ils sont incapables de voir où est l'intérêt du pays, ils croient que c'est dans une Europe fédérale et otanienne!

  • jyth01 il y a 5 mois

    De plus en plus de Français sont conscients que l'on est dans une dictature fonctionnario-syndicale. Les Juppés Macron et autres Fillon sont des fonctionnaires et feront semblant de dégraisser le diplodocus. Quand au Flan-bi et au petit prof Valls ils ont démontré leur incompétence. D'ou Sarko qui est comme un moindre mal. Quand à Le Pen même incompétence totale que Flanbi, jamais ministre et pas de propositions sérieuses