Juppé et Le Pen en bonne position pour la présidentielle-sondage

le
0
    PARIS, 9 février (Reuters) - Alain Juppé et Marine Le Pen 
partent avec les meilleures chances de se qualifier pour le 
second tour d'une présidentielle 2017 à haut risque pour 
François Hollande, selon un vaste sondage du Cevipof et d'Ipsos 
Sopra Steria pour Le Monde paru mardi. 
    D'après cette enquête, le maire de Bordeaux virerait en tête 
au premier tour, avec 31% des suffrages, s'il devait être 
investi par son camp à l'issue de la primaire de novembre. 
    Dans ce même cas de figure, François Hollande serait 
nettement distancé, avec 18% des intentions de vote, contre 25% 
pour Marine le Pen.  
    Dans les deux autres hypothèses retenues par cette étude, 
Nicolas Sarkozy et François Fillon laisseraient la première 
place à la présidente du Front national et se trouveraient au 
coude-à-coude avec le chef de l'Etat sortant. 
    François Hollande, qui conditionne sa candidature à une 
baisse du chômage dans les mois à venir, est crédité dans les 
deux cas de 20%, Nicolas Sarkozy de 21% et François Fillon de 
19%. 
    "Ce rapport de force très favorable au maire de Bordeaux 
évoluera bien sûr dans les mois qui viennent, mais il donne une 
idée d'un véritable 'phénomène Juppé'", écrit dans Le Monde 
Pascal Perrineau, du Cevipof, le Centre de recherches politiques 
de Sciences Po. 
    "La force d'Alain Juppé est d'ajouter à l'électorat 
'naturel' de son camp (aux alentours de 20 %) un électorat qui 
vient sur sa personnalité et les idées qu'elle porte", 
ajoute-t-il. 
    L'ex-Premier ministre apparaît d'autant plus en position de 
force dans ce sondage qu'il figure en tête des intentions de 
vote pour la primaire de la droite et du centre. 
    Avec 44%, il devance Nicolas Sarkozy de douze points et plus 
franchement encore ses autres concurrents déclarés ou 
pressentis, comme Bruno Le Maire (11%), François Fillon (9%), 
Nathalie Kosciusko-Morizet (2%) ou Nadine Morano (1%). 
    Nicolas Sarkozy mène depuis plusieurs semaines une campagne 
de reconquête de l'opinion mais laisse encore planer le doute 
sur ses intentions en vue de 2017. 
    Cette enquête a été menée du 22 au 31 janvier auprès de 
21.326 personnes inscrites sur les listes électorales 
constituant un échantillon représentatif de la population 
française âgée de 18 ans et plus.   
 
 (Simon Carraud, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant