Juppé candidat à la primaire UMP : Fillon y voit la «garantie d'une confrontation de qualité»

le
9
Juppé candidat à la primaire UMP : Fillon y voit la «garantie d'une confrontation de qualité»
Juppé candidat à la primaire UMP : Fillon y voit la «garantie d'une confrontation de qualité»

Les premières réactions n'ont pas tardé à tomber après l'annonce par Alain Juppé de sa candidature à la primaire UMP en vue de la présidentielle 2017. Si François Fillon, Xavier Betrand et Christian Estrosi ont déjà affiché leurs intentions, le maire de Bordeaux est le premier à se lancer officiellement et sans conditions dans la bataille. Entre appui des uns et agacement des autres, florilège des réactions politiques.

François Fillon se félicite. . L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui fera sa rentrée politique le 27 août dans la Sarthe avec plus d'une centaine de parlementaires, se «félicite» déjà «qu'il y ait d'autres candidatures». D'après son entourage, «c'est la garantie d'une confrontation de qualité sur le fond et l'avenir de la France». Pour François Fillon, les multiples candidatures représentent «une chance pour la droite et le centre de voir émerger et se confronter plusieurs projets politiques pour le redressement national».

L'estime de François Bayrou. Alain Juppé peut d'ores et déjà déjà se prévaloir du soutien de François Bayrou. Sur Europe 1, le maire MoDem de Pau, qui a «beaucoup d'estime» pour l'ancien Premier ministre, est le premier à réagir à cette annonce. «C'est quelqu'un de solide, courageux et respectable, qui peut faire du bien au pays» estime-t-il.«Il peut être un atout pour le pays» a même répété celui qui n'a jamais caché son respect pour l'ancien Premier ministre. 

Trop tôt pour Mariton. «Il faut d'abord remettre de l'ordre dans la maison. En son temps viendra le choix des hommes», a en revanche estimé Hervé Mariton, candidat à la présidence de l'UMP. Interrogé sur la guerre des chefs qui se profile, le député de la Drôme a rappelé que dans la vie politique, la «compétition des hommes» pouvait faire «avancer le monde», à condition «que ça se passe dans le respect des règles».

VIDEO. Mariton sur la candidature de Juppé : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 20 aout 2014 à 18:08

    De plus j'ai la faiblesse de croire que les 2000 Mds sont plus proches des 3000 avec les collectivités locales, les organismes parapublics et tout ce qui n'est pas comptabilisé.

  • M8252219 le mercredi 20 aout 2014 à 16:50

    ESPÉRONS AU PROGRAMME DE l'UMP: des économies à la hauteur de notre déficit Réduction de moitié du nombre des députés,plafonnement de leurs indemnités,avantages,revenus et retraites à 5 fois le SMIG. suppression du sénat.Retour aux 40h hebdomadaire pour TOUS.La retraite à 65 ans pour TOUS. 3js de délais de carence en arrêt maladie pour TOUS.Terminé les promotions automatiques à l'ancienneté dans la fonction publique.Réduction de moitié du nombre des élus dans les nouvelles régions

  • M4426670 le mercredi 20 aout 2014 à 15:35

    En bref ils n'ont rien compris. Nous, on a compris que ce n'est pas avec ce ramassis d'ego que l'on redresser la France. Au moins, ça les occupe, pendant ce temps là, ils ne font pas de con... ....!

  • M4426670 le mercredi 20 aout 2014 à 15:34

    Ils ont vraiment du mal à comprendre ce que les français souhaitent: un PROGRAMME d'opposition clair et net!! Il ne sont capables que de parler de "candidature", de postures, bref de tout ce que les français se contrefichent: ils attendent un PROGRAMME capable de sauver la France!

  • M1736621 le mercredi 20 aout 2014 à 15:09

    Un politique n'ayant pas été condamné est-il un bon politique?

  • FullOil le mercredi 20 aout 2014 à 15:06

    justement on n'en veut plus des ripoux.

  • M2723293 le mercredi 20 aout 2014 à 14:56

    Il n'est pas le seul a etre mis en examen.....

  • FullOil le mercredi 20 aout 2014 à 14:44

    il est mis en examen pour "abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt" dans l'affaire des emplois fictifs du RPR et de la mairie de Paris. Il est condamné en 2004 à dix-huit mois de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs

  • mipolod le mercredi 20 aout 2014 à 13:55

    Evidemment entre énarques, on se soutient !