Juppé assure n'avoir «jamais vécu une rentrée aussi désastreuse pour la France»

le
5
Juppé assure n'avoir «jamais vécu une rentrée aussi désastreuse pour la France»
Juppé assure n'avoir «jamais vécu une rentrée aussi désastreuse pour la France»

Les oreilles de François Hollande ont dû bien siffler ce week-end. Après les salves envoyées depuis la Courneuve, où la fête de l'Humanité s'est transformée en réunion anti-gouvernement, portée par une gauche «désenchantée» allant des Mélenchonistes aux communistes, en passant par les écologistes et frondeurs socialistes, c'est dans l'opposition que les critiques fusent ce dimanche. 

Cette fois-ci, c'est Alain Juppé, candidat à la primaire de l'UMP pour l'élection présidentielle de 2017, qui s'est attelé à la charge. L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac a sévèrement dénoncé la gestion «désastreuse» du président François Hollande et du gouvernement de Manuel Valls, avant de présenter les futurs «chantiers» de la France pour 2017. Au cas où la droite, avec lui, revenait au pouvoir.

Au campus régional de l'UMP à Casteljaloux (Lot-et-Garonne), le maire UMP de Bordeaux, qui assure aux côtés de deux autres ex-Premiers ministres, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon, l'intérim de la présidence de l'UMP, a tiré fort sur l'exécutif. Il a estimé n'avoir «jamais vécu, depuis deux ou trois décennies, une rentrée aussi désastreuse pour la France». Et tout y passe dans la moulinette de Juppé, qui pointe du doigt une «économie en panne» avec «tous les indicateurs au rouge». D'après lui, le président Hollande et son Premier ministre, «n'ont atteint aucun de leurs objectifs, ni tenu aucune de leurs promesses».

Alain Juppé a aussi évoqué une «crise morale» au sein du Parti socialiste en citant les affaires des anciens ministre et secrétaire d'Etat Cahuzac et Thévenoud. A laquelle s'ajoute, selon lui, une «crise politique» à deux jours du vote de confiance demandé mardi par Manuel Valls, sur fond de fronde de certains députés socialistes. Alain Juppé a ironisé au passage sur «les règlements de comptes familiaux» et les «déballages d'oreillers», allusion au livre de l'ex-compagne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le lundi 15 sept 2014 à 06:21

    A mon sens, il pourrait utilement diriger l'UMP, pour y conduire un "aggiornamento", à condition de dire clairement qu'il ne SERA PAS candidat à la présidentielle de 2017 ...

  • knbskin le lundi 15 sept 2014 à 06:19

    Ne tirons pas sur le pianiste ! Juppé est l''un des rares hommes politiques qui soit un VRAI réformateur, et le SEUL qui depuis 35 ans ait vraiment TENTE de faire QUELQUE CHOSE, en 1995. Mais tout cela s'est noyé dans les manifestations monstres de décembre 1995 et la veulerie de Chi², qui l'a prié d'enterrer ses réformes et d'attendre que ça se passe. Puis la brillante dissolution de 97, Pin², Martine et leurs glorieuses "35 heures" ! :D

  • cavalair le dimanche 14 sept 2014 à 22:53

    Si maintenant les repris de justice postulent pour la Presidence,on a de la chance car on aurait pu avoir Mesrine s'ils ne s'etait pas fait descendre

  • M3182284 le dimanche 14 sept 2014 à 22:44

    en 1995 il fallait tenir contre ces minables de manifestants. Tu as passé ton tour, lâche comme les autres. Thatcher revient!

  • M1343167 le dimanche 14 sept 2014 à 21:59

    Le plus socialos de l'UMP; non surtout pas lui, il n'a plus 20 ans ... né en 1945 tout de même, donc en 2017, 72 ans le" vioc", soit 77 en fin de mandat si il est élu. Un futur sans-dents, mais par la vieillesse lui, lol.