Jupiter AM voit trois segments attractifs sur les marchés émergents

le
0

(AOF) - Alors que les marchés émergents retrouvent petit à petit les faveurs des gérants et des analystes, Ross Teverson, responsable de la stratégie marchés émergents chez Jupiter, identifie plus précisément trois types d'investissements qui présentent des opportunités "pour les investisseurs actifs et centrés sur les fondamentaux". D'abord, le gérant souligne l'attractivité de moyennes capitalisations sous-évaluées car leurs perspectives de croissance ne sont pas encore intégrées par le marché.

"C'est en opposition directe avec certaines grosses valeurs des marchés émergents avec des perspectives de croissance reconnues, qui ces dernières années sont devenues chères par rapport à leurs bénéfices, étant donné que de plus en plus d'investisseurs averses au risque se sont rués sur un relativement petit groupe de grosses capitalisations perçues comme étant de bonne qualité", décrypte Ross Teverson chez Jupiter.

Le deuxième segment privilégié par le responsable de la stratégie marchés émergents de Jupiter est celui des valeurs "Picks and shovels". Ces dernières sont exposées aux changements structurels et aux tendances à la fois significatives et notoires à l’œuvre dans l'économie mondiale, comme la croissance des véhicules électriques, la mutation vers l'automatisation industrielle ou le passage à l'énergie renouvelable.

Enfin, Jupiter voit dans les "banques des marchés frontières" un placement intéressant. Le gestionnaire d'actifs cite par exemple des établissements en Géorgie, au Nigeria ou encore au Pakistan.

"En se focalisant sur le modèle de banque traditionnel pour la clientèle retail, ces banques génèrent un meilleur revenu en acceptant les dépôts sur lesquels elles paient un faible niveau d'intérêt tout en octroyant des prêts aux grosses capitalisations. C'est aussi moins risqué que le modèle alternatif (qui consiste à emprunter l'argent sur les marchés monétaires et octroyer des prêts à des emprunteurs plus risqués). Dans les marchés frontières, ce modèle de fonctionnement génère de forts rendements et de bonnes perspectives de croissance compte tenu du faible taux de pénétration du crédit à la consommation", explique Ross Teverson, responsable de la stratégie marchés émergents chez Jupiter.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant