«Jungle» de Calais : une vingtaine de mineurs isolés vont partir au Royaume-Uni

le
0
«Jungle» de Calais : une vingtaine de mineurs isolés vont partir au Royaume-Uni
«Jungle» de Calais : une vingtaine de mineurs isolés vont partir au Royaume-Uni

Une vingtaine de mineurs isolés seront accueillis la semaine prochaine en Grande-Bretagne, au départ de la «Jungle» de Calais, en vertu du regroupement familial. «Dernièrement, cinq mineurs syriens et un mineur afghan ont été transférés vers le Royaume-Uni. Dès lundi, une dizaine d'autres mineurs suivront, puis mardi, une dizaine d'autres», a affirmé un porte-parole de la préfecture du Pas-de-Calais, confirmant des informations de la BBC.

 

Ce porte-parole a toutefois admis qu'il n'y avait à ce jour «pas d'accord sur un plan plus massif concernant la question cruciale des mineurs isolés, en vue du prochain démantèlement de la «Jungle» de Calais. Dans ce bidonville vivent 1300 mineurs isolés, selon un rapport de France Terre d'asile publié mercredi.

 

«Les efforts se poursuivent des deux côtés de la Manche» sur cette problématique «urgente» de l'arrivée de mineurs isolés sur le sol britannique, a commenté samedi un porte-parole du Home Office, équivalent britannique du ministère de l'Intérieur.

 

«Je demande solennellement à la Grande-Bretagne d'assumer son devoir moral», avait déclaré lundi sur RTL le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, jugeant nécessaire «que Londres aille plus loin» sur le sujet des mineurs non accompagnés. Les accords prévoyant l'accueil au Royaume-Uni des mineurs de Calais ayant des attaches familiales outre-Manche «seront appliqués et élargis», avait promis son homologue Amber Rudd, à l'issue de leur rencontre lundi après-midi.

 

Un référé contre un démantèlement trop rapide

 

Samedi, une cinquantaine d'avocats sont allés dans la «Jungle» «donner aux exilés des conseils pour qu'ils connaissent et exercent leurs droits» à l'approche du démantèlement, a expliqué l'Association des avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE) sur place.

 

«On est bien conscients que la "Jungle" est un lieu où les conditions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant