«Jungle» de Calais : près de la moitié des migrants étaient déjà demandeurs d'asile

le
0
«Jungle» de Calais : près de la moitié des migrants étaient déjà demandeurs d'asile
«Jungle» de Calais : près de la moitié des migrants étaient déjà demandeurs d'asile

Près de la moitié (44%) des migrants évacués de la «Jungle» de Calais fin octobre étaient déjà demandeurs d'asile, selon des chiffres de l'Ofii présentés jeudi, qui font également apparaître une majorité de Soudanais parmi les personnes prises en charge.

 

Un total de 5 253 personnes ont été envoyées dans 197 centres d'accueil et d'orientation (CAO), selon ces chiffres présentés au Conseil d'administration de l'Ofii (Office français de l'immigration et de l'intégration) par son directeur général Didier Leschi. La majorité (52%) étaient originaires du Soudan et 28% provenaient d'Afghanistan, selon ce recensement qui confirme que la quasi-totalité des migrants étaient des personnes isolées (à 95%).

 

Les près de 2 000 mineurs non concernés

 

Le recensement ne concerne que les personnes orientées en CAO, et donc pas les migrants qui auraient pu quitter le campement avant le démantèlement pour ne pas renoncer au rêve britannique, très présent chez les Afghans. Les chiffres ne concernent pas non plus les quelque 1 900 mineurs envoyés dans des CAO dédiés ou Caomi.

 

Le 24 octobre, les pouvoirs publics avaient lancé le démantèlement de ce vaste bidonville où les migrants, espérant passer en Grande-Bretagne, s'entassaient dans des conditions très dégradées depuis plusieurs mois. Le détail des chiffres souligne toutefois qu'un certain nombre étaient déjà passés sous un radar administratif ou un autre.

 

Sur les quelque 5 200 personnes prises en charge, il apparaît en effet que près de la moitié (44%, soit 2 281 personnes) avaient déjà déposé une demande d'asile : pour un tiers par une procédure classique en France, mais 66% étaient «en procédure Dublin», c'est à dire enregistrées dans un autre pays européen où elles avaient laissé leurs empreintes.

 

Cela signifie que 1 504 personnes étaient en théorie susceptibles, aux termes de la réglementation européenne, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant