«Jungle» de Calais : pas de décision ce mardi, le démantèlement reporté

le , mis à jour à 13:02
0
«Jungle» de Calais : pas de décision ce mardi, le démantèlement reporté
«Jungle» de Calais : pas de décision ce mardi, le démantèlement reporté

L'ultimatum fixé par les autorités pour l'évacuation d'une partie du camp de la «jungle» à Calais n'expirera pas mardi à 20 heures, la décision du tribunal administatif n'étant pas rendue avant mercredi ou jeudi. «Ce ne sera pas aujourd'hui», a indiqué le tribunal, alors qu'une audience de cette instance examine mardi à— heures en référé la suspension de l'évacuation de la moitié sud de la «jungle».

Ce mardi matin, la juge du tribunal administratif de Lille chargée de la décision entourant le démantèlement de la partie sud de la «jungle» de Calais, s'est rendue sur place vers 9 heures.

La justice administrative est appelée à trancher dans les prochaines heures sur l'urgence à mener à bien la fermeture de la zone concernée avec l'examen d'un référé de 250 migrants et dix associations pour faire suspendre l'arrêté prononçant «l'expulsion d'office des occupants». L'audience aura lieu à— heures. On ignore si la juge rendra son ordonnance aussitôt.

Les migrants suivent la visite

La magistrate a parcouru une partie de la «jungle» pour se faire une idée des conditions de vie dans ce bidonville, où vivent 3700 personnes selon le dernier décompte de la préfecture du Pas-de-Calais. Elle a visité des lieux de culte et le Centre d'accueil provisoire (CAP), où sont hébergés 1200 migrants dans des conteneurs chauffés. Elle était suivie par de nombreux journalistes et migrants, invités par des affiches traduites en plusieurs langues à se manifester lors de la visite de la magistrate pour «pour conserver la jungle».

La juge administrative de #lille en visite dans la jungle sud #calais #demantèlement pic.twitter.com/BcTt1okNAG— Marion Dubreuil (@MarionDub) 23 Février 2016

En cas de refus d'exécution immédiate de l'arrêté préfectoral, sa décision sera suspensive, ce qui contrarierait les plans du gouvernement, qui entend commencer à faire évacuer progressivement la partie sud de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant