«Jungle» de Calais : la partie nord bientôt démantelée ?

le
0
«Jungle» de Calais : la partie nord bientôt démantelée ?
«Jungle» de Calais : la partie nord bientôt démantelée ?

Pas encore tout à fait confirmée. Mais la déclaration de la maire (LR) de Calais a de quoi relancer le dossier brûlant de l'évacuation complète du camp de migrants situé en périphérie de la ville du Pas-de-Calais. Après avoir appelé à l'ouverture d'un camp en Angleterre suite au Brexit, Natacha Bouchart, dans un communiqué, et une série de tweets, annonce l'inévitable : la partie nord de la «Jungle de Calais» sera démantelée «très prochainement», quatre mois après la partie sud. 

 

D'après derniers échanges ac l'environnement très proche de B.Cazeneuve démantèlement zone Nord de la lande serait annoncé prochainement .

— Natacha BOUCHART (@NatachaBouchart) 11 juillet 2016

 

La maire assure tenir ce projet imminent de la part de l'entourage du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Elle affirme qu'il ne reste que des points méthodologiques à régler avant l'exécution de l'évacuation. La préfecture du Pas-de-Calais, qui n'avait pas souhaité faire de commentaire dans un premier temps, a réagi à cette annonce en indiquant dans la soirée que l'Etat n'avait «pas changé d'avis sur le fait qu'un campement insalubre» n'était «pas un projet de vie». Les migrants sont prêts à tout pour rejoindre les côtes anglaises. Même au point de prendre la mer dans des embarcations de fortune. 

 

VIDEO. Brexit : «A Calais, pour les migrants, ça ne va pas changer grand-chose»

 

Selon le dernier comptage des services du préfet, près de 4 500 migrants vivent dans ce camp, dans l'espoir de rejoindre la Grande-Bretagne. D'après des associations d'aide aux clandestins, ce chiffre atteignait un peu plus de 6 000 personnes début juin.

 

Cette zone, surnommée «la Lande», avait survécu à la première évacuation des migrants et à la destruction de leurs cabanes. Au mois de mars, la préfecture du Pas-de-Calais avait procédé au démantèlement de la partie sud ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant