Juncker veut un accord juste avec la Grande-Bretagne

le
0

STRASBOURG, 9 septembre (Reuters) - Les négociations avec la Grande-Bretagne sur le réaménagement de ses relations avec l'Union européenne doivent déboucher sur un "accord juste" et il devra respecter les principales libertés garanties par l'Union, notamment sur la question de la mobilité des travailleurs, a déclaré mercredi le président de la Commission, Jean-Claude Juncker. Dans un communiqué adressé au Parlement européen et aux membres de l'Union sur les priorités de la Commission, il évoque, parmi les défis qui se présentent, son souhait de "travailler à un accord juste pour le Royaume-Uni au sein d'une Union européenne engagée autour des quatre libertés du marché unique et des valeurs que partagent les 28 Etats membres." Le Premier ministre britannique cherche à renégocier les termes de l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'Union européenne, pour répondre notamment au souhait exprimé par certains Britanniques de réduire l'immigration en provenance de l'UE, une question qui ne doit pas entrer en conflit avec la liberté des citoyens européens de travailler où ils l'entendent au sein du bloc, a dit Jean-Claude Juncker. La question britannique sera abordée au cours du premier discours sur l'Union que prononcera Jean-Claude Juncker devant le Parlement européen à partir de 7h00 GMT. (Alastair Macdonald,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant