Juncker ne veut pas d'un "Grexit" de Schengen

le
0
    STRASBOURG, 3 février (Reuters) - Le président de la 
Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a affirmé mercredi 
son opposition à une sortie de la Grèce de l'espace Schengen, 
appelant l'ensemble des Etats membres à plus de solidarité pour 
résoudre la crise des migrants. 
    Des inspections menées au mois de novembre, en Grèce, par la 
Commission européenne, ont révélé de "graves lacunes" dans la 
mise en œuvre des contrôles aux frontières extérieures du pays 
tels qu'ils sont prévus par le traité qui lie les 26 Etats 
membres de l'espace de libre circulation. 
    "Si je n'ai jamais voulu envisager un Grexit (sortie de la 
Grèce-NDLR) de la zone euro, ce n'est pas pour envisager un 
Grexit de Schengen", a dit Jean-Claude Juncker devant le 
Parlement européen réuni à Strasbourg. 
    "Il y a une seule façon de sauver Schengen, c'est appliquer 
ses règles, toutes ses règles. Nous sauverons Schengen en 
appliquant Schengen", a-t-il ajouté. 
    La crise provoquée par l'afflux de migrants aux frontières 
sud-est de l'Union européenne sera une nouvelle fois à l'ordre 
du jour du Conseil européen, les 18 et 19 février prochains. 
    L'ancien Premier ministre luxembourgeois a demandé de "ne 
pas stigmatiser la Grèce" mais de l'aider à corriger ses 
défaillances, ce qu'a commencé à faire, à l'initiative de la 
Commission, une équipe d'intervention rapide de Frontex, 
l'agence européenne pour le contrôle des frontières extérieures. 
    Il a toutefois estimé que la portée de ces mesures 
correctrices serait "limitée" tant que les Etats membres 
n'appliqueraient pas les décisions adoptées en décembre : 
renforcement des centres d'enregistrement des migrants, 
relocalisation de ceux qui peuvent prétendre au statut de 
réfugié et création d'un corps de garde-côtes et de 
garde-frontières européen. 
    Selon des chiffres publiés fin janvier par Frontex, 108.000 
migrants sont arrivés en Grèce en décembre, ce qui porte le 
total pour la Grèce à 1,04 million en 2015, soit cinq fois plus 
que l'année précédente. 
 
 (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant