Juncker ne souhaite pas une victoire du "non" en Italie

le
1
    MILAN, 27 novembre (Reuters) - Le président de la Commission 
européenne Jean-Claude Juncker espère que les électeurs italiens 
ne rejetteront pas les réformes défendues par le président du 
Conseil Matteo Renzi lors du référendum constitutionnel du 4 
décembre.  
    "Je ne sais pas si je serais utile à Renzi en déclarant que 
je souhaiterais une victoire du 'oui'. Je dis juste que je 
n'aimerais pas voir le 'non' l'emporter", déclare le chef de 
l'exécutif bruxellois dans une interview au quotidien La Stampa 
publiée dimanche.  
    "L'Italie est une grande nation et Renzi y a contribué, nous 
devons l'admettre", ajoute-t-il. 
    Le président du Conseil de centre-gauche a promis de 
démissionner si son projet de réforme constitutionnelle visant 
notamment à réduire les pouvoirs du Sénat et à transférer au 
gouvernement central des prérogatives actuellement confiées aux 
régions est rejeté par les électeurs.  
    Les derniers sondages publiés la semaine dernière, avant une 
période de "blackout", prédisaient une confortable victoire du 
"non", pour lequel militent notamment le mouvement eurosceptique 
Cinq-Etoiles, la Ligue du Nord (extrême droite) ainsi qu'une 
fraction du Parti démocrate de Matteo Renzi.  
 
 (Francesca Landini; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • odnaz il y a une semaine

    C'est qui Juncker ??