Juncker maintient à Athènes l'espoir d'un délai supplémentaire

le
0
JEAN-CLAUDE JUNCKER À ATHÈNES
JEAN-CLAUDE JUNCKER À ATHÈNES

par Renee Maltezou et Deepa Babington

ATHÈNES (Reuters) - Le président de l'Eurogroupe a préservé l'espoir nourri par la Grèce de bénéficier d'un délai supplémentaire pour mettre en oeuvre ses dures réformes mais Jean-Claude Juncker l'a également prévenue: c'est sa "dernière chance" d'éviter la faillite.

Confrontée à sa cinquième année de récession, la Grèce veut bénéficier de deux années de plus pour pouvoir respecter les engagements budgétaires convenus suivant un second plan d'aide international de 130 milliards d'euros.

En déplacement à Athènes, Jean-Claude Juncker a déclaré mercredi qu'octroyer un nouveau délai à la Grèce dépendrait des conclusions d'une mission de la "troïka" sur les progrès accomplis par le pays dans la voie des réformes et de l'équilibre budgétaire.

La troïka des bailleurs de fonds de la Grèce est composée de la Commission européenne, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne.

Juncker a également dit que le déblocage de la prochaine tranche d'aide dépendrait de la présentation d'une stratégie crédible d'assainissement des finances publiques.

"Pour ce qui concerne l'avenir immédiat, la balle est dans le camp des Grecs", a-t-il souligné. "En fait, c'est la dernière chance et les citoyens grecs doivent le savoir".

Quoique assorties d'avertissements multiples, les déclarations du patron de l'Eurogroupe sont plutôt de bon aloi pour le Premier ministre grec Antonis Samaras, qui plaide pour qu'on donne à la Grèce "un peu d'air", prière qui pour l'heure n'impressionne ni les Néerlandais, ni les Allemands.

"Soyons bien clairs: nous ne demandons pas plus d'argent; nous nous en tenons à nos engagements et au respect de toutes nos obligations", avait-il dit au Bild avant de rencontrer Juncker.

Néanmoins, le ministre néerlandais des Finances Jan Kees de Jager n'est pas favorable au principe d'un nouveau délai. "Si cela revient à retarder les réformes et les coupes budgétaires, alors ce n'est pas une bonne idée", a-t-il dit.

Après avoir accueilli Juncker, Antonis Samaras doit rendre visite vendredi à la chancelière allemande Angela Merkel puis samedi à François Hollande.

Ce dernier a abordé le dossier grec avec le Premier ministre britannique David Cameron mercredi lors d'une conversation téléphonique et les deux hommes se sont félicité des décisions récentes de la BCE.

"Tous deux ont salué les décisions récentes de la BCE et ont convenu que cela ne remettait pas en question la nécessité pour la Grèce de stabiliser sa propre économie et d'empêcher toute nouvelle conséquence néfaste pour l'ensemble de la zone euro", déclarent les services de Cameron dans un communiqué, sans préciser quelles sont les décisions de la BCE ainsi louées.

DIFFICILES NÉGOCIATIONS

Le gouvernement Samaras, dont le discours de départ sur un nouveau délai était très ferme, a quelque peu adouci le ton ces dernières semaines et il semble que son ambition se limite à présent à présenter l'idée durant les discussions qui auront lieu cette semaine plutôt qu'à soumettre une demande officielle.

Angela Merkel a déjà dit que ses discussions avec Samaras ne déboucheraient sur aucune décision, préférant elle aussi attendre le rapport de la troïka, lequel ne doit pas être communiqué avant fin septembre.

Juncker pour sa part a admis que la Grèce souffrait d'une "crise de crédibilité" mais il a réaffirmé qu'il n'était pas question que le pays sorte de l'euro car ça ne l'aiderait en rien et en outre comporterait des risques de taille pour l'ensemble de la zone euro.

Il écarte également toute idée d'un troisième plan d'aide international, appelant plutôt la Grèce à accélérer les réformes structurelles et les privatisations.

Samaras de son côté a promis que son gouvernement présenterait bientôt - spécifiquement dans les semaines à venir - un programme d'austérité de 11,5 milliards d'euros environ sur les deux ans à venir.

Le programme fait déjà l'objet d'un accord de principe parmi les partenaires de la coalition au pouvoir mais y mettre la dernière main soulève des difficultés.

Samaras, dont les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND) dominent le gouvernement, tente depuis plusieurs semaines de trouver un accord avec ses partenaires du Parti socialiste (Pasok) et de la Gauche démocratique (Dimar), en particulier sur la diminution des retraites et la révocation contestée de 40.000 fonctionnaires.

Ce programme une fois arrêté doit être présenté début septembre à la troïka et c'est en octobre qu'il sera décidé si l'aide financière continuera de soulager la Grèce.

Julien Dury et Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux